LAFFITTE Madeleine, Noémie, Eugénie, Marie [née GUITTON] dite Michèle

Par Daniel Grason

Né le 15 octobre 1914 à la commune du Longeron arrondissement de Cholet (Maine-et-Loire), morte le 30 septembre 1943 à Auschwitz-Birkenau (Pologne) ; déportée ; ouvrière fileuse ; militante communiste ; résistante.

Madeleine Laffitte
Madeleine Laffitte

Fille d’Eugène et de Noémie Piffeteau, Madeleine Guitton obtint le CEP, elle avait une sœur prénommée Marie. Madeleine épousa le 20 juillet 1935 Jean Laffitte, ouvrier pâtissier en mairie de Montrouge (Seine, Hauts-de-Seine). Celui-ci militant chevronné du Parti communiste, était le secrétaire parlementaire de Jacques Duclos. En 1937, le couple habita 11 sentier des Buttes à Montreuil-sous-Bois (Seine, Seine-Saint-Denis), ville où vivait Jacques Duclos.
Pendant l’Occupation, Madeleine Laffitte fut agent de liaison du Front national. La police l’arrêta le 17 février 1942 quand elle se présenta chez Laurence Defay, concierge du 8 rue d’Assas à Paris (VIe arr.). Celle-ci avait accepté de recevoir enveloppes et colis portant un signe distinctif. Madeleine Laffitte récupérait les missives qu’elle portait au domicile de Félix Cadras au 119 boulevard Davout, à Paris (XXe arr.). Celui-ci avait été interpellé le 15 février.
Interrogée dans les locaux des Brigades spéciales, elle a été transférée au dépôt jusqu’au 23 mars 1942. Elle fut incarcérée dans le quartier allemand de la prison de la Santé jusqu’au 24 août.
Transférée au fort de Romainville, elle était le 24 janvier 1943 dans le convoi de 230 femmes à destination d’Auschwitz (Pologne). Les déportées arrivèrent le 27 janvier dans le camp de Birkenau en chantant La Marseillaise, elle porta le matricule n° 31666.
Elle écrivait une lettre par mois à sa mère, en retour cette dernière lui envoyait un colis. Celui de novembre 1943 revint frappé du tampon « Retour à l’envoyeur ». Matricule 31666, Madeleine Laffitte était morte de la dysenterie au block de quarantaine, en dépit des soins prodigués par Fernande Laurent.
Elle a été homologuée à titre posthume au titre de la Résistance intérieure française (RIF), et sergent du Front national du 1er mai 1941 au 30 novembre 1943.
Marie Guitton sœur de Madeleine épaula Jean Laffitte, elle fut arrêtée et internée. Un frère fut requis au STO et mourut en Allemagne. La Municipalité de Montreuil-sous-Bois donna le nom de Madeleine Laffitte à une rue de la ville.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article137259, notice LAFFITTE Madeleine, Noémie, Eugénie, Marie [née GUITTON] dite Michèle par Daniel Grason, version mise en ligne le 23 février 2019, dernière modification le 10 mars 2019.

Par Daniel Grason

Madeleine Laffitte
Madeleine Laffitte

SOURCES : Arch. PPo. 1 W 1104-57063, GB 028, GB 129, GB 154 (photo). – Bureau Résistance GR 16 P 281036. – Arch. com. Montreuil-sous-Bois. – Charlotte Delbo, Le convoi du 24 janvier, Ed. de Minuit, 1995. – Livre-Mémorial, FMD, Éd. Tirésias, 2004.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément