LE COËNT Jean-Marie

Par Alain Prigent

Né le 23 septembre 1919 à Tréogan (Côtes-du-Nord, Côtes-d’Armor), mort le 16 juin 1994 à Cholet (Maine-et-Loire) ; ouvrier ardoisier ; déporté ; secrétaire du syndicat CGT des ouvriers ardoisiers de Maël-Carhaix (Côtes-du-Nord, Côtes-d’Armor) ; membre du comité de la fédération du PCF des Côtes-du-Nord (1950).

L’installation d’un groupe de FTP venus essentiellement de Spézet (Finistère) sur la commune de Plévin (Côtes-du-Nord, Côtes d’Armor), dirigé par « Bouss » et « Capot », fut contestée par la résistance FTP locale qui lui reprochait d’agir sans concertation et avec irresponsabilité. A la suite d’une attaque contre des fermiers le 21 janvier 1941 à Cartulan en Plévin, deux agriculteurs voisins furent assassinés en voulant leur porter secours. Cette affaire déclencha une grande rafle dirigée par la 13ème brigade régionale de sûreté de Rennes (Ille-et-Vilaine) conduite par les inspecteurs Le Chanu et Lanoe. Ces évènements renforcèrent la répression de la police de Vichy qui procéda à l’arrestation d’une dizaine de carriers de la région dont Jean-Marie Le Coënt, le 24 janvier 1944. Ils fragilisèrent un moment les responsables FTP qui avaient installé leur état-major départemental à proximité. Jean Le Jeune*, leur responsable, qui s’était déjà opposé à l’installation d’un maquis à Plévin, désavouant les actes perpétrés par le groupe, prit des dispositions pour que la population en fût informée.

Jean-Marie Le Coënt fut condamné le 10 mars 1944 à 2 ans de prison pour activités communistes. Détenu à la prison de Vitré il fut déporté à Buchenwald avec le matricule 185887. Il fut transféré au Kommando de Weimar puis renvoyé au camp central.

Fendeur d’ardoises à Plévin, Jean Le Coënt fut en 1949 secrétaire du syndicat CGT des ouvriers ardoisiers de Maël-Carhaix et des environs. Il fut, comme beaucoup de ses camarades de travail, marqué par une culture communiste revendicative très forte. Membre du comité de la fédération du PCF des Côtes-du-Nord en 1950, il disparut des instances après cette période.

Jean-Marie Le Coënt se maria le 23 février 1954 avec Léone Chupeau à Achères (Seine-et-Oise, Yvelines).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article137292, notice LE COËNT Jean-Marie par Alain Prigent, version mise en ligne le 7 juin 2011, dernière modification le 9 juin 2011.

Par Alain Prigent

SOURCES : Arch. Dép. Côtes d’Armor 23W22, 1140W83. — Composition des comités fédéraux de la fédération des Côtes-du-Nord et fichier des élus et des candidats de la Fédération des Côtes-du-Nord du PCF établis par Gilles Rivière. — Arch. de l’UD-CGT des Côtes d’Armor. — Marie Pierre et Pierre Klein, Les déportés des Côtes-du-Nord, livre mémorial, 2007. — Alain Prigent, Histoire des communistes des Côtes-du-Nord (1920-1945), Saint-Brieuc, 2000. — Alain Prigent, Serge Tilly, « Les fusillés et les décapités dans les Côtes-du-Nord (1940-1944) », Les Cahiers de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord, N°12, 2011.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément