KERGRESSE André

Par Alain Prigent

Né le 23 avril 1920 à Saint-Aignan (Morbihan), décédé le 21 décembre 2007 à Mûr-de-Bretagne (Côtes d’Armor) ; lignard EDF ; combattant FTP ; militant de la CGT et du PCF ; conseiller municipal de Mûr-de-Bretagne (1977-1995).

Né dans un foyer d’agriculteurs, sixième enfant d’une famille de sept, André Kergresse grandit aux côtés de ses trois frères et de ses trois soeurs. Il fréquenta l’école primaire de sa commune natale puis poursuivit ses études à Pontivy (Morbihan) au lycée Joseph Loth jusqu’en classe de quatrième. À la fin de sa scolarité, il revint travailler à la ferme paternelle de Port-Antoine jusqu’en 1937, année où ses parents prirent leur retraite et vinrent s’installer au bourg. À dix-sept ans il choisit de partir pour le Nord de la France où un de ses frères, déjà installé, lui trouva une place d’ouvrier à Jeumont (Nord). Après la débâcle, en 1940, il vint chercher refuge à Saint-Aignan, refusant de se soumettre au STO. Il réussit à échapper à la rafle de Saint-Aignan, trompant les soldats allemands en se faisant passer pour un simplet. Il s’engagea alors dans la Résistance, faisant partie du maquis FTP de Lanvaux. Il participa aux rudes combats autour de la poche Lorient en 1944 et 1945.

Le 13 août 1945, André Kergresse épousa Claire, une jeune fille de Saint-Aignan. Il fut embauché dans une entreprise industrielle lorientaise qui réalisait des chantiers dans toute la France. Le couple résida au gré des différentes affectations d’André, à Dijon (Côte-d’Or) puis près de la frontière italienne à Breil-sur-Roya (Alpes maritimes). Ils eurent quatre enfants. En 1948, André Kergresse fut recruté par EDF et rejoignit l’équipe des lignards du poste de Mûr-de-Bretagne, rattaché au secteur de Pontchâteau. Le jeune foyer habita d’abord à Saint-Aignan puis à Mûr-de-Bretagne en 1954. En 1964, il fut promu à Rennes où il habita jusqu’à sa retraite en 1975. Il fut un militant CGT très actif.

André Kergresse participa à l’essor de la section de Mûr-de-Bretagne qui regroupait une cinquantaine d’adhérents autour d’Alain Prigent et de Roger Guidel. En 1977 le PCF le présenta aux élections municipales avec Septime Lorans (agriculteur) et Jean Roualen (cadre du Crédit Agricole) sur la liste du socialiste Raymond Hinault*. Il fit partie du collectif des communistes de la circonscription de Loudéac animé par Jacques Gardet pour le soutien de la candidature d’Yvon Renault* et d’Auguste Le Coënt. Il siégea pendant trois mandats avec trois maires socialistes différents : Raymond Hinault (1977-1983) Gilbert Lecoq* (1983-1989), Alain Auffret (1989-1995).

Très attaché au développement de l’école publique, il fut un animateur de l’amicale laïque de Mûr-de-Bretagne.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article137331, notice KERGRESSE André par Alain Prigent, version mise en ligne le 10 juin 2011, dernière modification le 11 septembre 2013.

Par Alain Prigent

SOURCES : Une semaine dans les Côtes-du-Nord, supplément de l’Humanité Dimanche (1956-1968). — Bretagne Nouvelle, hebdomadaire des fédérations du PCF de Bretagne (1968-1981). — Multiples entretiens.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément