NAYHAUSSES Christian, Jean-Marie

Par Louis Botella

Né le 3 avril 1892 à Auch (Gers), mort le 13 avril 1982 à Auch ; employé municipal ; syndicaliste CGT puis Force ouvrière (FO) du Gers.

Fils d’un maréchal-ferrant, Christian Nayhausses, rédacteur à la mairie, était en 1934 secrétaire du syndicat CGT du personnel communal d’Auch avec Sarrat*.

Christian Nayhausses fut élu secrétaire général de l’Union départementale FO du Gers lors de son congrès constitutif qui eut lieu le 11 juillet 1948.

Lors de la création de la confédération Force ouvrière en avril 1948, seuls trois syndicats du Gers y furent représentés : celui des préparateurs en pharmacie et deux des PTT. Lors du congrès suivant en octobre 1950, le nombre de syndicat représentés fut de dix dans les secteurs suivants : finances, bâtiment, chemins de fer, sécurité sociale, livre, pharmacie, PTT et services publics et de santé.

Christian Nayhausses fut réélu lors du congrès du 11 mars 1951. Mais le 15 juin 1952, il ne demanda pas le renouvellement de son mandat car « des raisons personnelles l’empêchent de rester à la tête de l’UD ». Il fut alors remplacé par Alexis Morrin, employé de banque.

En décembre 1953, alors retraité, Christian Nayhausses devint trésorier de l’UD.
Il se maria en août 1941 dans sa commune natale et il y mourut le 13 avril 1982.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article137390, notice NAYHAUSSES Christian, Jean-Marie par Louis Botella, version mise en ligne le 17 juin 2011, dernière modification le 29 juin 2012.

Par Louis Botella

SOURCES : Le Syndicaliste d’Armagnac-Bigorre, février 1934. — Force Ouvrière, hebdomadaire de la CGT-FO, 15 juillet 1948, 15 mars 1951, 19 juin 1952. — Arch. dép. du Gers, informations transmises en novembre 2011 par Philippe Lemaître, secrétaire général de l’UD FO du Gers. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément