NELLI René

Par Miquèl Ruquet

Né le 20 février 1906 à Carcassonne (Aude), mort le 12 mars 1982 à Carcassonne ; poète en occitan et en français ; critique littéraire et artistique ; historien, archéologue, ethnologue ; professeur de lycée et d’université ; occitaniste, créateur de l’Institut d’Estudis Occitans ; homme de gauche, anticolonialiste, membre de la Nouvelle Gauche, de l’UGS et du PSU dans l’Aude, conseiller municipal de Carcassonne de 1941 à 1944 puis de 1959 à 1965 ; syndicaliste au SNES.

Photo trouvée dans le fonds Nelli des Archives départementales  de l’Aude. Sans date ni lieu.
Photo trouvée dans le fonds Nelli des Archives départementales de l’Aude. Sans date ni lieu.
Reproduction, M. Ruquet, septembre 2010.

René Nelli naquit à Carcassonne. Son père, Léon Nelli (1864-1934), architecte et peintre, avait de lointaines origines italiennes. Sa mère, Louise Constance Beurienne, était parisienne. Elle mourut alors que René n’avait que dix ans. Son père se remaria avec Marguerite Descard. À la fin de ses études au Lycée de Carcassonne, son professeur de philosophie, Claude-Louis Estève, le mit en contact avec Joë Bousquet, le poète grabataire. En janvier 1928, il fonda avec ce dernier la revue Chantiers. À l’hypokhâgne du lycée Louis-le-Grand, entre 1924 et 1927, il côtoya Roger Vailland et, par la suite, fit la connaissance des écrivains surréalistes André Breton et Paul Éluard au moment où ils adhérèrent au Parti communiste.

Il effectua son service militaire en 1930-1931, à Hyères (Var), puis à Toulouse où il découvrit la revue Oc et la Société d’études occitanes. Louis Alibert, linguiste qui précisa la norme classique de l’occitan, le fit adhérer en 1935 à la SEO et au Félibrige. Pendant l’été 1931, il enseigna la littérature française à l’Institut français de Zagreb en Yougoslavie (aujourd’hui, Croatie). Le 30 octobre 1931, il obtint un poste de professeur à Maubeuge (Nord). Dès 1933, il collaborait aux Cahiers du Sud tout en continuant à écrire pour Oc. À la rentrée 1934, il fut nommé professeur de collège à Castelnaudary (Aude). Lié à Maurice Sarraut, fils de l’ancien maire radical-socialiste de Carcassonne Omer Sarraut, il devint correspondant local du journal La Dépêche. À la demande de Jean Mistler, ministre et député radical socialiste de l’Aude, il fut candidat aux municipales en 1935. Au second tour, une liste d’union fut constituée, sur laquelle on raya neuf radicaux, dont Nelli, au profit de neuf socialistes. En juillet 1936, il fut nommé professeur de grammaire au lycée de garçons de Carcassonne. En 1938, il fonda la revue Folklore qu’il dirigea jusqu’en 1977. Le 4 septembre 1939, mobilisé au 343e RI en tant que sergent, il rejoignit le front des Alpes et fut démobilisé le 27 juillet 1940.

Il reprit son poste au lycée de Carcassonne. L’année 1941, il fonda la revue Pyrénées et fut nommé conseiller municipal de Carcassonne et adjoint au maire. Nelli était un notable carcassonnais très proche des occitanistes maurassiens Louis Alibert et Ismaël Girard, ainsi que du Félibrige, et il connaissait les frères Sarraut et Jean Mistler, trois parlementaires qui avaient voté les pleins pouvoirs à Pétain. Il n’est pas exclu d’envisager un penchant maréchaliste de Nelli au début de la guerre, penchant fréquent dans le mouvement occitan, mais très vite il prit ses distances avec le régime, ne serait-ce que par sa proximité avec Joë Bousquet dont la maison fut un lieu de la résistance intellectuelle. Nelli, lui-même, accusé d’être sympathisant gaulliste, fut inquiété par la police de Vichy en juillet 1941. À la fin de l’année 1941, il fut convoqué à la préfecture de Toulouse, dénoncé pour menées séparatistes par certains occitanistes maurassiens. La presse collaboratrice le cita même parmi les intellectuels résistants de Carcassonne en mars 1944. En 1943, Nelli prit la présidence de la SEO. Il fut, la même année, le maître d’œuvre du numéro spécial des Cahiers du Sud, "Le Génie d’Oc et l’homme méditerranéen". Ce numéro, préparé depuis 1935, fut un véritable affront à l’idéologie de l’occupant et des collaborateurs. Le Midi Libre du samedi 14 octobre 1944 le considérait comme un des résistants du lycée.

À la libération de Carcassonne, le 21 août 1944, il fut rédacteur au Patriote du Sud-Ouest, l’organe des groupes de résistants communistes FTFP. Nelli fut aussi le secrétaire du comité des intellectuels audois, présidé par Joë Bousquet. Le 10 novembre 1944, Nelli fut délégué pour enseigner la philosophie au lycée de Carcassonne. L’année suivante, il se reconnaissait philosophiquement marxiste. Le 25 janvier 1945, il participa à la création de l’Institut d’Estudis Occitans avec Jean Cassou, Tristan Tzara, Ismaël Girard et Max Roqueta. L’IEO était proche du PCF, même si certains des fondateurs de l’IEO, liés au mouvement « Libérer et fédérer », reprenaient les idées fédéralistes de C. Camproux, idées qui se retrouvaient dans le journal auquel collaborait Nelli, L’Ase negre créé en août 1946. Nelli avait en charge Les Annales de l’Institut – revue semestrielle - et la revue trimestrielle Oc. Nelli se maria le 30 octobre 1945 avec Marcelle Suzette Ramon, professeure née le 20 avril 1918 à Castelnaudary. En 1946, il fut chargé d’un cours d’ethnographie à l’Université de Toulouse, cours qu’il assura jusqu’en 1974. De 1947 à 1963, il fut aussi conservateur du musée des Beaux-arts de Carcassonne.

En 1950, Nelli demanda son inscription comme Citoyen du monde. Il s’agissait d’un acte qui montrait son éloignement du PCF. Dans ses lettres à Robert Lafont, il indiquait son opposition à la mainmise du PCF sur l’IEO et s’affirmait de plus en plus fédéraliste. Selon André Hérault, il adhéra à l’Union progressiste, puis à la Nouvelle Gauche lors de sa formation à Carcassonne en novembre 1955 et, fin 1957, à l’Union de la Gauche socialiste. L’UGS s’allia au cartel électoral de l’Union des forces démocratiques lors des législatives de 1958. René Nelli se présenta aux élections municipales de Carcassonne des 8 et 15 mars 1959 sur une liste UFD. La liste socialiste arriva en tête. Pour le second tour, grâce à la fusion des listes SFIO, UFD et communiste, deux UFD furent élus, dont René Nelli. Pour André Melliet, ancien responsable du PSU dans l’Aude, il rejoignit le PSU bien après la création du parti le 3 avril 1960 et le quitta bien avant 1970. Nelli fut candidat du PSU au poste de conseiller général du canton de Mouthoumet (Aude), le 3 décembre 1961, à la suite du décès du conseiller général socialiste. René Nelli, conseiller municipal de Carcassonne sous Vichy, fut taxé de "collaborateur "par Joseph Baro, candidat socialiste, maire de Termes (Aude). Baro fut élu au premier tour avec 594 voix, Nelli n’ayant recueilli que 185 suffrages. Cet engagement dans la deuxième gauche était lié à son opposition au colonialisme et à la guerre d’Algérie en particulier. En avril 1956, dans sa préface du livre de Georges-Henri Guiraud, Aux Frontières de l’Enfer, il dénonça en Algérie la « barbarie colonialiste », « le sadisme abominable » et « les méthodes impitoyables ». La section SNES du lycée, à laquelle appartenait Nelli, prit une position très ferme en octobre 1961 « contre les attentats perpétrés par les organisations fascistes », après que l’OAS eut visé le secrétaire académique du SNES, Pierre Antonini*. Le 4 juillet 1962, Nelli l’anticolonialiste avait atteint un de ces buts. Le 27 avril 1963, ayant soutenu une thèse sur l’érotique des troubadours, il devient docteur ès Lettres.

Son évolution fut identique pour l’occitanisme. À la Libération, l’IEO était un mouvement culturel dans un cadre étatique français, ce que défendront toujours Félix Castan et la revue Oc. Lafont situait la rupture entre les « culturalistes » et les « politiques » à la fin 1954. Nelli ne signa pas la déclaration de Nérac, celle des culturalistes, en novembre 1956 et approuva un manifeste nationaliste lancé par Pierre Bec et François Fontan, fondateur, en 1959, du Parti nationaliste occitan. L’évolution de l’IEO vers une prise en charge des combats économiques s’effectua à la suite des grèves des mineurs de Decazeville-La Sala. En 1962, Robert Lafont et une partie de l’IEO créèrent le Comité occitan d’études et d’action (COEA). Nelli était alors perçu comme proche du COEA. Robert Lafont, bien longtemps après sa mort, a regretté qu’il « manqua le rendez-vous que son siècle lui tendait en mai 1968. » La rupture avec Robert Lafont s’accentua dans les années soixante-dix et leur correspondance devint de plus en plus agressive. Dès 1972, en préface d’un de ses ouvrages, Nelli plaida pour l’action culturelle. Dans L’Histoire du Languedoc, en 1974, Nelli critiqua la pensée de Lafont. Il critiqua aussi la tentative de candidature de Lafont aux élections présidentielles de 1974 : « Un occitaniste [...] eut le courage de braver le ridicule et de présenter sa candidature. » Nelli s’inquiétait des attentats occitanistes et des incendies de résidences secondaires appartenant à des Parisiens : « Cette explosion de racisme haineux [...] étonne au pays des troubadours et de la tolérance. »
Joan Larzac a défini ce qui a animé la pensée de Nelli la dernière décennie de sa vie : « [Chez lui] perce un nationalisme qui n’est pas utopique et nostalgique. [...] Flirtant avec le Parti Communiste d’un côté, avec le Parti Nationaliste Occitan de l’autre, il verrait bien une fédération occitane à l’intérieur de la France. » Nelli n’a jamais renié sa fascination pour Fontan dans les années cinquante et il semblait très proche du PNO, du moins entre 1967 et 1970. En 1974, dans L’Histoire du Languedoc, il louait le PNO d’avoir « clarifié une fois pour toutes [...] le concept de nation ». Dans les années 1970, Nelli se rapprocha du PCF. Cet appui à la gauche fut critique et il n’hésita pas à reprocher le centralisme, prenant comme modèle la Commune de Narbonne et le socialisme fédéraliste. Le 4 juin 1978, à la fête communiste de Coursan dans l’Aude, il participa à un débat « Vivre et travailler au pays ». La même année, dans Mais, enfin qu’est-ce que l’Occitanie ? il s’affirma très proche du PCF : « La position du Parti communiste français – assez proche de celle du parti socialiste – me paraît, cependant, [...] plus nuancée, plus prudente, plus concrète, et, aussi, plus fidèle à l’esprit du marxisme révolutionnaire. » Il rejoignit l’idée, pourtant en contradiction avec celles sur le PNO, que la libération des peuples minoritaires ne pouvait se faire qu’après la révolution socialiste.

L’homme politique, dans ses engagements à gauche et dans le mouvement occitan, ne fut pas exempt de contradictions, la première étant son rôle pendant le régime de Vichy. Il fut en premier ouvert au monde, refusant tout racisme d’où son inscription comme citoyen du monde, sa lutte contre le colonialisme et sa défense des travailleurs immigrés en Occitanie. C’était un homme de gauche fédéraliste, non pas seulement pour l’Occitanie mais aussi pour l’Europe et pour le monde. Il fustigea l’esprit jacobin qui, pour lui, n’avait pas de place à gauche. « Hérétique », il fut antistalinien quand les communistes étaient majoritaires à l’IEO, il s’opposa au régionalisme de Lafont quand il était isolé dans ses analyses, il parla de nationalisme quand celui-ci était décrié. Il fit preuve d’un profond humanisme que tous les hommages après sa mort soulignèrent.

René Nelli reçut plusieurs décorations ou distinctions : mestre en Gai Sabé (1943) ; officier dans l’ordre des palmes académiques (1953) ; chevalier de la légion d’honneur (1955) ; chevalier du mérite agricole (1961) ; officier des Arts et Lettres (1979).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article137421, notice NELLI René par Miquèl Ruquet, version mise en ligne le 25 juin 2011, dernière modification le 25 juin 2011.

Par Miquèl Ruquet

Photo trouvée dans le fonds Nelli des Archives départementales de l'Aude. Sans date ni lieu.
Photo trouvée dans le fonds Nelli des Archives départementales de l’Aude. Sans date ni lieu.
Reproduction, M. Ruquet, septembre 2010.
L'une des dernières photos de René Nelli parue dans <em>L'Occitan, periodic de la vida occitana</em>, 38, mai-juin 1982.
L’une des dernières photos de René Nelli parue dans L’Occitan, periodic de la vida occitana, 38, mai-juin 1982.
Photo Alain Charles, journal L’Indépendant

OEUVRE CHOISIE : Le Languedoc et le Comté de Foix, le Roussillon, Gallimard, 1958 ; Les Troubadours. Desclée de Brower, 1960-1965, (2 volumes) ; L’Érotique des troubadours, Privat, 1963 et 10/18 (2 tomes), 1974 ; Le Roman de Flamenca, un art d’aimer occitanien au XIIIe siècle, IEO, 1966 ; La Vie quotidienne des Cathares du Languedoc au XIIIe siècle, Hachette, 1969 ; La Poésie occitane, Seghers, 1972 ; Histoire du Languedoc, Hachette Littérature, 1974 ; La Philosophie du catharisme, Payot, 1975 ; Écrivains anticonformistes du moyen-âge occitan, Phébus, 1977, (2 volumes) ; Mais, enfin qu’est-ce que l’Occitanie ?, Privat, 1978 ; Obra poética occitana (1940-1980), IEO, 1981 ; Écritures cathares. Recueil des textes cathares, Monaco, Éd. du Rocher, 1994.

SOURCES : Arch. Dép. Aude, Fonds Nelli : 10 JJ 6, 10 JJ 21, 10 JJ 236, 10 JJ 237. — Arch. Dép. Aude, 10 W 30 : surveillance politique 1940-1945. Dossier Nelli 1941. — CIRDOC, Béziers, Archives R. Lafont : Courrier de R. Nelli. — OC, XIIIe Tièira n° 11, avril 1989, n° 20, juillet 1991 . — La Dépêche, 6 et 13 mai 1935. — La Dépêche du Midi, 5 octobre 1961, du lundi 27 janvier 1975, du vendredi 12 mars 1982 . — Occitania, nòva seria, n°4, junh de 1948. — L’Ase negre, n° 1, août 1946. — Les Cahiers du sud, n° 381, 1965. — Viure, n° 3 automne 1965, n° 29, automne 1972 — Je suis partout, n° 659 du 31 mars 1944 . — Le Midi Libre du 14 octobre 1944 . — Le Midi Libre, le journal de l’Aude du 12 mars 1982 . — Peuple d’Aude, mensuel édité par la fédération de l’Aude du PCF, n° 4, mai 1978 . — L’Occitan, periodic de la vida occitana, n° 38, mai-juin 1982 — Lo Gai Saber, n° 407, juillet 1982, n° 502-503, automne. — Vent Terral n° 10, été 1983. — A. Alcouffe, P. Lagarde, R. Lafont, Pour l’Occitanie, Toulouse, Privat, 1979 . — Christian Anatole, Nouvelle Histoire de la littérature occitane, tome II, Nîmes, PUF-IEO, 1971. — André Armengaud, Robert Lafont (dir.), Histoire d’Occitanie, Paris, Hachette-IEO, 1979. — André Balent, notice « Hérault, André, Armand, Yves », DDBMOMS, 6, 2010, pp. 298-300. — Georges-Henri Guiraud, Aux Frontières de l’Enfer, Paris, La Nef, 1956. — Robert Lafont, La Revendication occitane, Paris, Flammarion, 1974. — Jean Lenoble, Le Parti socialiste dans l’Aude, de la Libération à la fin du XXe siècle, tome II, 1958-1973, Villelongue-d’Aude, Atelier du gué, 2007. — Lucien Maury, La Résistance audoise, tome I, Quillan, imprimerie nouvelle, 1980. — René Nelli, Pierre Sire, « Pierre Sire et les intellectuels », Carcassonne, Comité des intellectuels de l’Aude en hommage à son fondateur, 1946 . — René Nelli , La Poésie occitane, Paris, Seghers, 1972. — René Nelli, Histoire du Languedoc, Paris, Hachette Littérature, 1974 . — René Nelli, Mais, enfin qu’est-ce que l’Occitanie ?, Toulouse, Privat, 1978. — Miquèl Ruquet, "René Nelli, un humaniste à la croisée de la gauche et de l’occitanisme (1906-1982)", Le Midi rouge, bulletin de l’Association Maitron Languedoc-Roussillon, 16, Montpellier, 2010, pp. 29-40. — Hommage à René Nelli, Carcassonne, Bibliothèque municipale et Cido, novembre 1980, brochure non paginée. — Centre d’Études Cathares René Nelli, Chronique Nelli n° 1, 2008. — Franc Bardou, « Qui était Nelli ? », http://cecnelli.unblog.fr. — Septimanie, n° 6, février 2001. — René Nelli (1906-1982) Actes du colloque de Toulouse (6 et 7 décembre 1985) réunis par Christian Anatole, Béziers Cido, 1986. — Entretien téléphonique avec André Melliet, ancien responsable du PSU dans l’Aude, vendredi 3 septembre 2010.

Version imprimable Signaler un complément