LEBRUN André

Par André Caudron

Né le 12 février 1918 à Fresnoy (Pas-de-Calais), mort le 8 mars 2010 à Fâches-Thumesnil (Nord) ; physicien, professeur à l’Université des sciences et techniques de Lille I ; fondateur et directeur du Centre université-économie d’éducation permanente (CUEEP, 1968-1980).

Né le 12 février 1918 à Fresnoy (Pas-de-Calais), mort le 8 mars 2010 à Fâches-Thumesnil (Nord) ; physicien, professeur à l’Université des sciences et techniques de Lille I ; fondateur et directeur du Centre université-économie d’éducation permanente (CUEEP, 1968-1980).
Fils d’un ouvrier agricole « pour dix sous par jour » dans la région d’Hesdin (Pas-de-Calais), André Lebrun fut admis à l’École normale libre de Paris, qui formait des maîtres de l’enseignement catholique. Ayant obtenu le brevet supérieur, il entra en 1937 à la Faculté libre des sciences de la « Catho » de Lille. Titulaire de la licence et du certificat de physique générale en 1943, il commença deux ans plus tard une carrière universitaire comme stagiaire au CNRS.

Muni du certificat de radio-électricité générale et du diplôme d’études supérieures de physique, il devint assistant titulaire au laboratoire de radio-électricité et d’électronique de l’Université de Lille. Docteur en sciences physiques en 1953, maître de conférences en 1956, professeur titulaire d’électronique et d’électrotechnique automatique en 1962, il joua un rôle de premier plan dans la création de la Cité scientifique de Lille-Annappes, en tant que responsable de cet énorme chantier, délégué à ce poste par le doyen de la faculté des sciences (1965).

André Lebrun fonda en octobre 1968 et dirigea le Centre université-économie d’éducation permanente (CUEEP), appelé ensuite Centre universitaire d’éducation et d’études permanentes, intégré à l’Université de Lille I dès sa création. Le CUEEP mena une réflexion et une recherche pédagogique approfondies, notamment en matière d’unités capitalisables et d’accès à l’université sans le baccalauréat. Il fut considéré comme le centre le plus important de formation et de recyclage pour adultes en France. André Lebrun avait rédigé des rapports sur les mesures automatiques et inventé des dispositifs appliqués dans l’industrie.

Membre du Secrétariat social de Lille et syndiqué au SGEN-CFDT, il partit en retraite en 1980. Marié, père de trois enfants, il se consacra dès lors à la promotion de la vie associative en faveur du troisième et du quatrième âges. Il avait fondé plusieurs organisations destinées aux « aînés » pour lesquels il défendait souvent des idées d’avant-garde, avec le concours de Gilberte Niquet, responsable du département « expression écrite et orale » du CUEEP. Il était devenu un partisan convaincu du maintien à domicile des personnes âgées.

Commandeur des Palmes académiques, chevalier de la Légion d’honneur (1972) et de l’ordre national du Mérite (1970), André Lebrun avait reçu le prix Wicar de la Société des sciences, de l’agriculture et des arts de Lille en 1955. Le professeur Guy Debeyre, recteur de l’Académie de Lille, le surnommait « le Tabarly de l’éducation permanente ».

L’Association de solidarité des anciens de l’Université de Lille I institua en 2006 un « prix André Lebrun » afin de distinguer des personnes particulièrement actives dans le domaine de l’éducation permanente.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article137423, notice LEBRUN André par André Caudron , version mise en ligne le 25 juin 2011, dernière modification le 25 juin 2011.

Par André Caudron

SOURCES : André Caudron, Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, 4. Lille Flandres, Beauchesne, 1990. — Minibili, bulletin d’information de l’Université de Lille I, 2 mars 1984. — L’Éducation, revue, 1er mai 1969, 4 décembre 1980. — La Voix du Nord, 11 mars 2010.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément