JAEGLÉ Pierre

Par Marc Giovaninetti

Né en 1931 ; physicien, chercheur au CNRS et à l’Université d’Orsay ; militant communiste parisien.

Né dans une famille protestante, frère cadet d’André Jaeglé, Pierre Jaeglé adhéra à l’UJRF et au PCF au temps de ses études ; il fut élu au bureau national de l’organisation de jeunesse en 1953, à son 4e Congrès.

Devenu professeur-chercheur en physique à l’Université d’Orsay, rattaché au CNRS, il a consacré l’essentiel de ses travaux au rayonnement laser, après avoir commencé avec les rayons de courte longueur d’onde (ultra-violets) et les rayons X. Il est devenu un spécialiste reconnu dans ce domaine qu’il a largement contribué à faire progresser, continuant ses recherches encore plusieurs années après l’âge de la retraite. Il considère avoir abouti à des résultats concluants, et a publié un ouvrage de référence. Il appartint longtemps au Conseil de l’Université.

Sur le plan militant, il fut un des secrétaires de la section du PCF de l’Université d’Orsay. Il écrivit plusieurs ouvrages d’épistémologie, certains en collaboration avec d’autres éminents universitaires ou philosophes marxistes.
Il était un amateur chevronné de sports de plein air, voile, alpinisme…

Pierre Jaeglé épousa Rachel Segal, née en 1934, une des enfants rescapée de la Rafle du Vél’ d’Hiv’, également militante communiste, de l’UJFF (Union des Jeunes Filles de France) puis de l’UFF (Union des Femmes de France). Elle fut plusieurs années maire-adjointe sous les mandats de Robert Vivet à Palaiseau, où la famille augmentée de trois enfants s’était fixée. Enseignante dans le second degré, elle appartenait aussi à la direction nationale du SNES.

Rachel Jaeglé a rompu avec le PCF dans les années 1980, tout en restant une militante associative active, notamment dans le Comité Tlemcen pour la mémoire des enfants juifs déportés. Son mari quitta le PCF plus tardivement, davantage par fatigue que par désaccord.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article137451, notice JAEGLÉ Pierre par Marc Giovaninetti, version mise en ligne le 16 juillet 2011, dernière modification le 30 juin 2011.

Par Marc Giovaninetti

ŒUVRE : Qualité et quantité, réversibilité et irréversibilité dans les sciences de la nature, Centre d’études et de recherches marxistes, 1974. — Essai sur l’espace et le temps ou Propos sur la dialectique de la nature, Éditions sociales, 1976. — Avec Étienne Balibar, Guy Besse, Jean-Pierre Cotten, Georges Labica, Jacques Texier, Sur la dialectique, Éditions sociales, 1977. — Avec Pierre Roubaud, Réflexions sur la place des sciences de la nature dans la théorie matérialiste dialectique, Centre d’études et de recherches marxistes, 1978. — Avec Pierre Roubaud, La Notion de réalité, Messidor, Éd. sociales, 1990. — Coherent Sources of X UV Radiation. Soft X-Ray Lasers and High-Order Harmonic Generation, Springer-Verlag, 2005.

SOURCES : L’Avant-Garde, 3 juin 1953. — Site de la Bibliothèque nationale de France. — Entretien téléphonique avec l’intéressé et son épouse, mars 2011.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément