KLEIN Julie [née SCHOUMACHER]

Par Pierre Schill

Née le 1er décembre 1900 à Steinbach (Moselle) ; militante communiste de Moselle.

Julie Klein était l’épouse du mineur, Joseph Klein* militant de la CGTU et du Parti communiste, aussi impliqué dans la Résistance. C’est en juin 1942 à leur domicile de Merlebach, alors que la Moselle était une nouvelle fois annexée à l’Allemagne, que l’instituteur messin Jean Burger* (« Mario » dans la Résistance) et le cheminot Jean Matz* décidèrent de créer une branche du groupe « Mario » dans le bassin houiller. Julie Klein en devint l’une des responsables et assura la distribution de tracts, la collecte d’argent et de tickets d’alimentation pour les membres du groupe entrés dans la clandestinité. Son domicile servit aussi à héberger des déserteurs de l’armée allemande et des résistants. Julie Klein venait prendre à Metz les tracts qu’elle diffusait dans le bassin houiller et qu’elle emportait parfois jusqu’à Strasbourg (Bas-Rhin annexé). A son retour d’Alsace elle était chargée d’autres tracts destinés à être diffusée en Moselle annexée. Elle transportait parfois aussi de fausses cartes d’identité et des armes.

Son activité clandestine lui valut d’être arrêtée, en même temps que son mari, le 2 novembre 1943 et d’être emprisonnée au SS Sonderlager du Fort de Queuleu dans la banlieue messine. Elle fut détenue dans la cellule n°1 que la Gestapo réservait aux résistants les plus importants. Devant l’avancée des troupes alliées, les détenus du fort commencèrent à être évacués à l’été 1944. Julie Klein avec treize autres camarades dont Jean Burger, gardés par une vingtaine de gendarmes, quitta ainsi sa geôle lorraine pour la prison des femmes de Mannheim (Allemagne).
Elle fut ensuite transférée à Heidelberg (Allemagne) où elle fut libérée le 20 avril 1945. Elle obtint le titre de déporté résistant.

Julie Klein continua à militer au PC après la guerre. Elle se présenta aux élections municipales des 23 et 30 septembre 1945 à Merlebach sur la liste formée par les partis républicains et la Résistance. Elle obtint au premier tour 703 voix sur 2 032 suffrages exprimés pour 2 108 votants et 2 782 électeurs inscrits. Au second tour, elle recueillit 738 voix sur 2 011 suffrages exprimés pour 2 056 votants et ne fut pas élu. Elle était alors couturière.

Elle était en 1965, vice-présidente de la section de Merlebach de la FNDIRP.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article137551, notice KLEIN Julie [née SCHOUMACHER] par Pierre Schill, version mise en ligne le 14 juillet 2011, dernière modification le 14 juillet 2011.

Par Pierre Schill

SOURCES : Arch. Municipales de Freyming-Merlebach : 1 K 13. — Renseignements fournis par Joseph Bachmann*. — Léon Burger, Le Groupe « Mario », une page de la Résistance Lorraine, Metz, Imprimerie Louis Hellenbrand, 1965, 194p. — Léon Burger, Tragédies mosellanes. Le Fort de Queuleu à Metz, Metz, Imprimerie Louis Hellenbrand, 1973, 136p. — Pierre Schill, « Antifascisme et résistance ouvrière organisés autour de la CGT et du Parti communiste en Moselle annexée (1940-1945) : entre histoire et mémoire », p. 173 à 187, dans Sylvain Schirmann (dir.), Annexion et nazification en Europe, Université de Metz-AMAM, 2003.
[http://www.memorial-alsace-moselle.com/f/fiches/colloque_metz/MEMORIAL_COLLOQUE_basse_reso.pdf]

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément