KOEMPGEN Michel, Jacques, André [KOEMPGNEN Michel, Jacques, André]

Par Julien Cahon

Né le 3 février 1921 à Amiens (Somme), mort le 31 mars 1988 à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) ; militaire de carrière, chauffeur poids lourds ; militant communiste de la Somme ; membre du bureau fédéral (1947), secrétaire fédéral à l’organisation (1948-1949), inspecteur de l’Humanité ; candidat aux élections municipales de 1947 à Amiens.

Fils d’un négociant en autos, Michel Koempgen se maria à Abbeville le 6 mai 1940 avec Lucienne Hidalgo. Résistant, lieutenant FFI, il exerçait la profession de chauffeur à la fin des années 1940. Sur les listes électorales de 1947, il était « militaire de carrière », et « chauffeur en 1948 et 1949. Candidat aux municipales de 1947 à Amiens, en vingt-septième position sur la liste communiste emmenée par Augustin Dujardin, Michel Koempgen « chauffeur de poids lourds syndiqué, lieutenant FFI et Croix de guerre » recueillit 13336 voix mais ne fut pas élu.
Membre du bureau fédéral du parti en 1947, il fit une intervention sur la presse lors de la préparation de la Xème conférence fédérale en mai 1947. Membre du CDH et Inspecteur de l’Humanité, il défendait la thèse d’une diffusion de la presse et de la documentation du parti à grande ampleur pour développer le PCF, diffuser sa ligne politique et ses mots d’ordre parmi les militants, et pour « élever le niveau idéologique des masses » (Le travailleur de la Somme, 11 mai 1947).
Elu au secrétariat fédéral en mai 1948, Michel Koempgen fut réélu secrétaire fédéral à l’organisation en 1949 puis disparut complètement des instances communistes fédérales ensuite. Il fut un des adversaires de Louis Prot* dans « l’affaire Prot », qui agita le PCF à la fin des années quarante. Un article du Cri du peuple, l’hebdomadaire de la fédération socialiste de la Somme, du 6 mars 1949 alimentait les rumeurs sur le frère ennemi communiste : « On purge ! On purge ! La grande « purge du Parti communiste continue, après la Seine, la Seine-et-Oise, le Nord, voici le tour de la Somme. [...] Pauvre Omer Théry, disparu ! M. Koempgen, liquéfié ! [...] ! Et [Victor] Flamant* purgé et débarqué, et Louis Prot, confit dans les relents de la bourgeoisie ! Jusqu’à [Julien] Lefranc* déjà blâmé il y a quelques mois pour « imprudences » [...]. A qui le tour ? ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article137553, notice KOEMPGEN Michel, Jacques, André [KOEMPGNEN Michel, Jacques, André] par Julien Cahon, version mise en ligne le 14 juillet 2011, dernière modification le 14 juillet 2011.

Par Julien Cahon

SOURCES : Arch. Dép. Somme, 1471W16, 21W88 — Le travailleur de la Somme, 1945-1950 — Le cri du peuple, 1949-1950 — Notes de Jean-Pierre Besse.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément