BUCH Édith.

Par José Gotovitch

Née à Paris (France) le 15 mars 1908. Avocate, militante communiste, résistante, sœur d’Henri Buch.

Sœur de Henri Buch, Édith Buch est docteur en droit de l’Université libre de Bruxelles et avocate. Elle participe à la création d’un comité d’intellectuels antifascistes à Anvers (Antwerpen, pr. et arr. Anvers). En 1936, elle s’installe à Bruxelles (pr. Brabant, arr. Bruxelles ; aujourd’hui Région de Bruxelles-Capitale), et participe au Comité de législation du Parti communiste belge (PCB), préparant le travail législatif sous la direction de Joseph Jacquemotte.

Édith Buch plaide pour le Secours rouge international et milite activement au Comité de défense des intellectuels antifascistes (CDIA) et au Comité mondial des femmes (CMF). En 1937, elle adhère officiellement au PCB.

Édith Buch est active au Comité de coordination pour l’aide à l’Espagne républicaine. Elle participe à la réunion internationale de Paris en 1939 et visite plusieurs camps d’internement des Brigades en France. À partir de septembre 1939, elle se met à la disposition de l’appareil du Parti communiste français (PCF) en Belgique pour lequel elle organise logements, lieux de réunions, et assure certaines liaisons.

Ne pouvant plus plaider parce que juive, Édith Buch exerce divers petits travaux pour survivre. Entrée dans l’appareil clandestin international, elle remplit désormais les fonctions de liaison et de secrétariat du délégué à l’Internationale communiste en Belgique, Andor Berei. Dans ce cadre, elle assure la coordination générale du clandestin Radio Moscou.

À la Libération, Edith Buch participe à la direction des Amitiés belgo-soviétiques, est secrétaire de la section du PCB au palais de justice et assure diverses tâches pour les services de contrôle du parti. Comme avocate communiste, elle s’illustre notamment dans la défense des dockers d’Anvers et du marin, Eddy Poncelet (lutte pour les douze mois).

Sans occuper de fonctions dirigeantes au PCB, Édith Buch milite dans diverses associations démocratiques : juristes démocrates, Mouvement contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie (MRAX). Elle est membre du comité central de la Ligue des droits de l’homme. Elle assure un temps la présidence de l’Union progressiste des juifs de Belgique.

De 1970 à 1978, Édith Buch exerce les fonctions de juge du travail.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article137616, notice BUCH Édith. par José Gotovitch, version mise en ligne le 16 juillet 2011, dernière modification le 4 avril 2020.

Par José Gotovitch

SOURCES : Interview d’Édith Buch par José Gotovitch − CArCoB, dossier personnel.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément