KHMELEFF Michel, Alexandre

Par Gilbert Déverines, Jean-Claude Guillon

Né le 5 octobre 1928 à Tours (Indre-et-Loire), mort le 12 juin 2012 à Tours ; employé puis technicien à la Caisse primaire d’assurance-maladie de Tours ; militant syndicaliste CGT et communiste.

Le père de Michel Khmeleff, Alexandre, était né le 21 août 1894 à Tatarsk en Sibérie ; ayant combattu dans l’armée Wrangel il émigra en France au début des années 1920 à la suite d’un long périple au travers de la Yougoslavie et de la Grèce. Il épousa en 1927 une corrézienne : Marie-Louise Orliaguet. Il travailla comme chaudronnier dans la société Rimailho (devenue par la suite CIMT), à Saint-Pierre-des-Corps (Indre-et-Loire) spécialisée dans la réparation de matériel ferroviaire. Après Michel, le couple eut un second fils, Jean, né en 1930, qui travailla également à la CIMT comme ajusteur. Alexandre Khmeleff n’était pas syndiqué, cependant dit son fils « durant la Seconde Guerre mondiale, malgré les émigrés russes qui travaillaient dans l’usine, il se classait parmi ceux qui manifestaient du soutien de pensée à l‘égard de la Russie, alors que d’autres soutenaient l‘Allemagne, et la famille suivait les événements sur la carte du journal La Dépêche, et il participa aux manifestations de l’après Libération... »

Durant toute son existence Michel Khmeleff a souffert de coxalgie. Cet état de santé le conduisit de 1939 à 1942 au sanatorium Les Grandes Dalles, près de Dieppe. C’est dans ce sana qu’une institutrice en traitement elle-même le prépara au Certificat d’études primaires qu’il réussit en candidat libre ; de retour à Tours, il continua ses études au collège Paul-Louis Courier où il obtint le Brevet élémentaire et il acheva son parcours scolaire à la fin de la seconde.

En 1947 Michel Khmeleff fut reçu à deux concours d’entrée : dans l’administration des PTT et à la Caisse primaire de sécurité sociale. Non admis aux PTT pour raison de santé, il entra en fonction au service comptabilité de la Caisse de sécurité sociale d’Indre-et-Loire en mai 1948 comme employé aux écritures, il devint ensuite aide comptable chargé de la paye et, après des concours internes, il exerça successivement les fonctions de décompteur puis de liquidateur au service Prestations maladie et enfin d’agent de maîtrise au service des Accidents du travail. Il prit sa retraite le 5 octobre 1988.

Michel Khmeleff adhéra en 1949 au syndicat des employés et cadres CGT de Tours qui groupait des salariés, très peu nombreux, travaillant dans les secteurs des assurances, de la banque, du commerce et des services administratifs. Le syndicat des employés de la caisse de sécurité sociale étant passé en totalité à Force Ouvrière en 1948, la CGT était absente des élections professionnelles depuis cette date. Le syndicat CGT de la Caisse primaire de sécurité sociale fut reconstitué fin 1951. Michel Khmeleff y joua un rôle essentiel avec Hilaire Ecault et Gilbert Déverines*) Hilaire Ecault fut le premier élu CGT à l’élection du Comité d’entreprise en novembre 1951 et Michel Khmeleff le premier élu CGT à l’élection des délégués du personnel en février 1952. Par la suite le syndicat CGT se développa pour faire jeu égal avec le syndicat Force Ouvrière et finalement devenir majoritaire, tous syndicats confondus, à la Caisse primaire de sécurité sociale devenue aujourd’hui la Caisse d’assurance-maladie. Michel Khmeleff fut élu dans l’une ou l’autre instance de représentation du personnel jusqu’à son départ à la retraite. Élu administrateur suppléant représentant le personnel en novembre 1955, il siégea au Conseil d’administration de la Caisse primaire à partir de 1959 jusqu’à la suppression de cette forme démocratique de représentation du personnel. D’avril 1959 à novembre 1978 il fut élu membre de la Commission exécutive et de la Commission de contrôle financier de l’Union départementale d’Indre-et-Loire et du bureau de l’Union locale CGT de Tours dont il fut le trésorier. À la retraite, il fut un des responsables de l’Union syndicale des retraités CGT d’Indre-et-Loire, jusqu’à ce que le handicap dont il souffrait le contraigne à rester à son domicile.

Il avait adhéré au Parti communiste en 1951 à la cellule du quartier Colbert de Tours. En 1953 il participa à la création de la cellule communiste de la Caisse primaire de sécurité sociale qui prit le nom d’Ambroise Croizat. En 1947 et 1948 il fut permanent bénévole de l’Association locale Tourisme et Travail. À la Caisse de Sécurité sociale, il fut parmi les fondateurs de la Mutuelle d’entreprise, ainsi qu’un des fondateurs de l’ASLOSS, l’association sports et loisirs des organismes de sécurité sociale.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article137678, notice KHMELEFF Michel, Alexandre par Gilbert Déverines, Jean-Claude Guillon, version mise en ligne le 23 juillet 2011, dernière modification le 9 mars 2021.

Par Gilbert Déverines, Jean-Claude Guillon

SOURCES : Archives de l’UD-CGT d’Indre-et-Loire - Interviews de Michel Khmeleff.--- Souvenirs et archives personnelles de Gilbert Déverines. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément