LE CRONC Robert

Par Michel Pigenet

Né le 1er novembre 1902 au Havre (Seine-Inférieure), mort en 1975, employé de la Chambre de commerce, puis du Port autonome du Havre (Seine-Inférieure), syndicaliste, secrétaire et secrétaire–adjoint du syndicat local (1935-1966), membre de la commission exécutive (1950-1960), du bureau fédéral (1950-1960) et du comité national (1946-1950, 1960-1966) de la Fédération CGT des Ports et Docks.

Robert Le Cronc naquit le 1er novembre 1902, au Havre (Seine-Inférieure), dans une famille d’origine bretonne. En 1919, il commença à travailler aux ateliers de réparation des grues et outillages publics dont la Chambre de commerce était alors le concessionnaire. Sportif, il acquit une certaine notoriété dans le milieu cycliste régional. Il participa à la création du syndicat des mécaniciens et conducteurs de grues, bientôt syndicat général du personnel du port autonome. Contremaître, il en fut le secrétaire de 1935 à 1942, puis le secrétaire adjoint jusqu’en 1966. Partisan de l’autonomie, à l’instar du syndicat local des dockers, tant que subsisterait la division entre unitaires et confédérés, il soutint le processus de réunification et assista au congrès de fusion des fédérations portuaires tenu au Havre, en décembre 1935. Délégué au congrès de Nantes, réuni trois ans plus tard, il siégea au bureau de l’une des séances, le 27 janvier 1938, et fut nommé responsable de la section technique des ports autonomes et des chambres de commerce.

"Rusé, matois, devenu plus normand que nature", aux dires de Désiré Brest, il entra comité fédéral national en 1946. Il contribua, avec Salgues, Dulong et Janssen, à la formation, au sein de la Fédération des Ports et Docks, du Cartel des ports autonomes et des chambres de commerce, en charge de coordonner l’activité syndicale dans ce secteur. Il prit ainsi une part active à la négociation d’une convention collective – la "convention verte" - et à l’institution d’une caisse nationale de retraites. Soucieux de réalisations, Le Cronc siégeait, depuis 1929, au conseil d’administration de la caisse d’assurances sociales du port autonome du Havre et assumait la vice-présidence de sa caisse de prévoyance depuis 1937. Ses qualités et la permanence de son engagement syndical lui valurent d’être désigné comme vice-président de la caisse locale de retraites en 1949. Lors du congrès de 1950, il fut de ceux qui contrèrent avec succès une proposition qui, sous couvert de "renforcer" la direction nationale, semblait désavouer, à ses yeux, les secrétaires fédéraux dont il approuvait la conduite face aux initiatives marseillaises de tonalité très politique. À l’issue des assises, il fut élu au bureau fédéral en remplacement du bordelais Dulong. Il ne continua pas moins à consacrer une grande partie de son temps aux problèmes de son syndicat et résidait toujours au Havre, quai George V. Attentif à l’évolution des techniques et des pratiques patronales qu’il suivait depuis son observatoire normand, il mit en garde les délégués au congrès de 1960 contre les activités de la Société continentale de mesures, d’analyses et de travail qui s’intéressait de près aux dockers de Rouen et du Havre. Il souhaita la plus grande vigilance et signala que les grutiers havrais avaient refusé de remplir les fiches destinées à analyser leurs faits et gestes. Cette même année, il quitta le bureau fédéral pour ne plus siéger qu’au comité national qu’il abandonna six ans plus tard. Dès 1963, cependant, la Fédération des Ports et Docks lui avait décerné la médaille réservée "aux vaillants de la vieille garde" pour son rôle dans la période 1940-1947. Au début de l’année 1975, soit moins d’une décennie après son départ en retraite, l’organe fédéral annonça son décès.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article137708, notice LE CRONC Robert par Michel Pigenet, version mise en ligne le 24 juillet 2011, dernière modification le 24 juillet 2011.

Par Michel Pigenet

SOURCES : Archives nationales (CARAN) : F22 1803. Archives de la Préfecture de police de Paris : dossier, 63591. — L’Avenir des Ports, septembre 1956, décembre 1965 et de janvier-février 1975. — Congrès de la Fédération nationale des Ports et Docks : 27-29 janvier 1938 (Nantes) ; 6-8 avril 1948 (Marseille) ; 22-24 juin 1950 (Paris) ; 17-18 mai 1955 (Paris) ; 18-19 mai 1960 (Paris) ; 22-23 juin 1966 (Paris). — D. Brest, Mémoires, inédits, 1972.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément