SVATA Jindrich, Ignace

Par Daniel Grason

Né le 25 juillet 1903 à Pacov (Tchécoslovaquie, République Tchèque) ; ouvrier ; volontaire en Espagne républicaine.

Jindrich Svata fils d’Ignace et d’Anne, née Svakova, arriva en France en 1920, muni d’un passeport. Il vivait avec Frédérique Dubée, née le 15 janvier 1911 à Saint-Cast (Côtes-du-Nord, Côtes-d’Armor), le couple eut deux enfants Henri, né en 1930 et Rolande en 1933. Jindrich et Frédérique se marièrent le 18 mai 1935 à la mairie du XIIIe arrondissement de Paris (Seine).

Il partit combattre en Espagne en novembre 1936 dans les Brigades internationales. Blessé et réformé, il revint en juin 1938. Il se sépara de Frédérique en juillet, elle eut les deux enfants à sa charge. Jindrich Svata habita 92, rue Broca à Paris (XIIIe arr.), puis 24 bis, rue Poliveau, (Ve arr.). Il travailla comme caviste, rue du Mesnil, près de la place Victor-Hugo, (XVIe arr.). Ensuite il fut malletier à la Maison Robin, à Montreuil-sous-Bois (Seine, Seine-Saint-Denis). Il était porteur d’une carte d’identité au titre de travailleur industriel, valable jusqu’au 28 novembre 1943.

Lors de la déclaration de guerre en septembre 1939, il contracta un engagement pour la durée des hostilités. Incorporé au 1er Régiment Tchèque à Montpellier (Hérault), il fut affecté comme caporal, au 2ème Régiment Tchèque. Blessé à Orléans (Loiret) le 16 juin 1940 lors des combats contre les troupes allemandes, il fut fait prisonnier. Les autorités allemandes le réformèrent le 7 octobre.

Le conseiller Karl Boemelburg, commandant SS-Sturmbannführer qui dirigeait la SIPO et la Gestapo sur le territoire français, demanda à la direction des Renseignements généraux d’établir une liste des anciens combattants en Espagne. Une liste fut établie le 19 septembre 1941 par la 3e section des Renseignements généraux. Le 24 décembre 1941, une opération d’ensemble eut lieu dans le département de la Seine. Jindrich Svata fut arrêté le 19 mars 1942, par deux inspecteurs de police, interné à la caserne des Tourelles, (XXe arr.). Le 17 octobre, une note du commandant militaire allemand en France demandait son transfert à la prison militaire de la Santé.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article137730, notice SVATA Jindrich, Ignace par Daniel Grason, version mise en ligne le 26 juillet 2011, dernière modification le 25 octobre 2016.

Par Daniel Grason

SOURCE : Arch. PPo. 77W 223.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément