KUTYN Joseph écrit parfois KUTIN

Par Jean-Pierre Besse, Claude Pennetier

Né le 17 octobre 1911, mort en mars 1995 en France ; militant communiste ; Brigadiste ; résistant FTP-MOI dans le Rhône ; retourné à Pologne où il fut vice-ministre, revenu en France.

Joseph Kutyn quitta sa Pologne natale en raison de l’antisémitisme qui y régnait et de la répression anticommuniste. Il appartenait en effet au PC polonais.

En France, il milita à la MOI et fut volontaire pour venir en aide à l’Espagne républicaine. Il termina comme commandant de bataillon.
A son retour en France, il fut interné au camp du Vernet (Ariège) dont il s’évada et à la déclaration de guerre s’engagea dans l’armée française. Il reçut la Croix de guerre.

Il participa à la reconstitution clandestine du Parti communiste et à la mise sur pied de l’OS.

Il fut envoyé à Lyon pour y constituer en 1942 les FTP-MOI et assura la direction du bataillon Carmagnole sous le pseudonyme d’Antoine.

Il fut arrêté au cours d’une mission en mars 1943 à Saint-Étienne (Loire) puis déporté à Auschwitz. Il revint en France en 1945.

En 1947 ou 1948, Joseph Kutyn, après s’être remis à peu près de son séjour à Auschwitz, et après la prise de pouvoir à Varsovie par le POUP, retourna à Varsovie pour participer à la construction du socialisme dans son pays.
Comme il parlait plusieurs langues, avait une connaissance de l’étranger, et des compétences en particulier sur les questions de chimie, y compris celles du charbon et du souffre et leurs dérivés – produits que la Pologne exportait – il entra au Ministère du Commerce Extérieur, et en devint assez rapidement directeur de la branche chimie puis Vice-Ministre en charge de cette activité.
Joseph Kutyn a négocié nombre d’opérations avec l’ouest, particulièrement avec la Belgique, entre autres l’engineering chimique Coppée-Rust du Baron Coppée, devenu plus tard Lafarge-Coppée.

Vers la fin des années 1960 une nouvelle vague d’antisémitisme toucha la Pologne, Joseph Kutyn fut déchargé de ses fonctions de Vice-ministre et assigné à résidence, sans qu’aucun reproche précis n’ait été formulé. Lorsque le PCF en fut informé il demanda aux Autorités polonaises de permettre à Joseph Kutyn de revenir en France, dont il avait la nationalité depuis 1945, ce qu’il obtint. Kutyn fut alors recruté par ses relations de la MOI – notamment Jacques Alembik, ancien MOI (mais peut-être était-ce un pseudo) – pour travailler au service de Pierre Detoeuf, ex-sous-préfet de la Libération et animateur de sociétés développant la coopération industrielle entre la France les pays socialistes, notamment l’URSS et la RDA.
De 1973 à 1982 ou 83, Joseph Kutyn a conseillé les entreprises que représentait Pierre Detoeuf, notamment pour des projets en Hongrie (Usines d’engrais), pour des ventes à l’URSS d’acide phosphorique et super-phosphorique.

Marié, père d’une fille, il habitait dans le XIVe arrondissement.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article137929, notice KUTYN Joseph écrit parfois KUTIN par Jean-Pierre Besse, Claude Pennetier, version mise en ligne le 25 août 2011, dernière modification le 29 décembre 2018.

Par Jean-Pierre Besse, Claude Pennetier

SOURCES : Bruno Permezel, Résistants à Lyon, Villeurbanne et aux alentours 2824 engagements, Editions BGA Permezel, 2003. — Notes de Fabien Buhler.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément