DIAGNE [Ibrahima ?]

Par Louis Botella

Agent des PTT ; syndicaliste Force ouvrière au Sénégal et en Afrique occidentale française (AOF).

Agent des PTT à Dakar, Diagne fut le responsable de la section de l’AOF de la Fédération syndicaliste Force ouvrière des PTT.

Lors du congrès confédéral de novembre 1956, il fut l’un des trois orateurs, avec Alexandre Hébert et Adolphe Sidro, de la motion de la minorité au sein de la sous-commission sur l’Algérie. Diagne, comme ses deux autres collègues, s’exprimèrent, sans préjuger du statut futur de l’Algérie, en faveur de la reconnaissance accordée au peuple algérien de disposer de lui-même, d’un cessez-le-feu immédiat et de négociations entre les parties. Le texte minoritaire obtint 2 225 voix contre 9 522 en faveur du texte majoritaire défendu par Camille Mourgues (secrétaire général de la Fédération des PTT), Fernand Manchon (UD. de Constantine), Mohame Kellal (Syndicat des cadres des PTT de l’Ile-de-France).

Le congrès confédéral de novembre 1956 sera le dernier pour l’ensemble des organisations syndicales africaines affiliées à Force Ouvrière. En effet, en février 1958 à Abidjan, en présence de Robert Bothereau, secrétaire général de la confédération, et d’André Lafond, secrétaire confédéral en charge de l’Outre-mer, les unions territoriales FO d’AOF et d’AEF, transformées en structures nationales, fondèrent la Confédération africaine des syndicats libres (CASL-FO) qui adhéra à la CISL (Confédération internationale des syndicats libres). L’année suivante, les 29 et 30 septembre, tout lien avec Force Ouvrière fut rompu dans l’appellation.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article137967, notice DIAGNE [Ibrahima ?] par Louis Botella, version mise en ligne le 28 août 2011, dernière modification le 28 août 2011.

Par Louis Botella

SOURCES : Force Ouvrière, hebdomadaire de la CGT-FO, 9 avril 1953. — Comptes rendus des congrès confédéraux FO de 1954 et de 1956.

Version imprimable Signaler un complément