KAYSER Bernard

Par Jean-François Chosson

Né 19 janvier 1926 à Paris (XVIIe arr.), mort le 25 août 2001 à Toulouse (Haute-Garonne) ; professeur d’université en géographie ; militant de l’éducation populaire.

Fils de Jacques Kayser, Bernard Kayser se réfugia durant la guerre avec sa famille à Villeneuve-sur-Lot. Il fut maquisard et c’est là qu’il rencontra sa femme Renée.

Agrégé de géographie en 1949, il enseigna au lycée de Cannes et fut conseiller municipal communiste de Nice (Alpes-Maritimes). Sa thèse, soutenue en 1958, concernait l’arrière-pays de la Côte d’Azur.

Il était, en 1959, professeur à l’université de Toulouse le Mirail, puis, en 1964, directeur de l’Institut de géographie, consultant auprès de l’OCDE (1965-1978), président du groupe Prospective des espaces ruraux à la DATAR en 1990.

Parallèlement à sa carrière scientifique, Bernard Kayser entretint des liens étroits avec l’éducation populaire (présidence de l’Association des ruralistes français (1981-1984), d’Alliances et cultures, association pour l’insertion sociale des populations immigrées). Avec son équipe universitaire, il participa activement à la mise en place de l’Université rurale nationale avec la Fédération nationale des foyers ruraux et l’Institut national de promotion supérieure agricole (1983-1987). Mais c’est surtout en qualité de président de l’Université rurale européenne qu’il donna une impulsion décisive à la dimension internationale de ces rencontres qui rassemblaient militants associatifs, créateurs et chercheurs de l’ensemble des pays de la CEE à Vioz en Sallaz (1989), à Schüli en Irlande (1991), Evora au Portugal (1993).

Toujours disponible et efficace, il fut le conseiller écouté des élus locaux et responsables associatifs auprès desquels il fit connaître les travaux sur « la renaissance rurale ». Par ailleurs, il collabora aux travaux de son épouse, Renée Kayser, auteur de livres pour enfants axés sur la découverte du milieu.

Grâce à sa réputation internationale acquise dans le domaine de la recherche en géographie et à la vigueur de son esprit de synthèse, il apporta une contribution décisive à la coordination européenne des mouvements d’éducation populaire situant leur action en milieu rural.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article138081, notice KAYSER Bernard par Jean-François Chosson, version mise en ligne le 5 septembre 2011, dernière modification le 6 juin 2021.

Par Jean-François Chosson

ŒUVRE : Les sciences sociales face au monde rural, Méthodes et moyens, Toulouse, Éd. Presses de l’université de Toulouse le Mirail, 1989. — La renaissance rurale, Sociologie des campagnes du monde occidental, A. Colin, 1990. Naissance des nouvelles campagnes, Co-édition DATAR/L’Aube, 1992.

SOURCE  : Renseignement recueillis par Jean-François Chosson. — Reprise de la notice du Poujol-Romer, DBMEP, p. 211. — Claude Bataillon, « La disparition de Bernard Kayser », Hérodote, 2001/4, n° 103.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément