KELLERMAN Luce [née MASSALOUX]

Par Arlette Boulogne

Née le 9 mai 1917 à La Roche-sur-Yon (Vendée)  ; bibliothécaire, militante de l’éducation populaire.

Après des études de lettres (licence et diplôme d’études supérieures) et des études techniques de bibliothécaire, la rigidité du milieu familial et le début des hostilités amènent Luce Massaloux à quitter l’enseignement et à travailler à la bibliothèque de l’École nationale des cadres d’Uriage en 1941 où elle assista L. Poli. Après la dissolution d’Uriage fin 1942, elle intégra la Thébaïde dans le Vercors avec H. Beuve-Méry, Benigno. Cacérès, J. de Chaléon, Jean-Marie Domenach, Joffre Dumazedier. Arrêtée par la Gestapo le 13 novembre 1943, elle fut libérée le 8 janvier 1944 et vient à Paris.

À la Libération, elle travailla, toujours comme documentaliste, à Peuple et culture avec Joffre Dumazedier. et s’occupa des bibliothèques des Hôpitaux de Paris. Elle épouse Jean Kellerman. Puis elle fonde et dirige plusieurs centres de documentation, principalement au Congo à l’Institut d’études centrafricaines (ORSTOM, 1948-1954) et à Paris au Centre d’ethnologie sociale et de psychosociologie dirigé par P-H. Chombart de Lauwe (CNRS-EHESS, 1959-1982). Chargée de conférences à l’EHESS, L. Kellerman se spécialise dans l’initiation des chercheurs français et étrangers aux méthodes du travail documentaire. Elle organise aussi des actions de formation continue pour les professionnels de la documentation (ADBS). Membre du Comité scientifique de l’Association de recherche coopérative internationale (ARCI), elle collabore encore actuellement à la recherche et à l’enseignement de recherche portant sur les transformations socio-économiques et la dynamique culturelle.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article138082, notice KELLERMAN Luce [née MASSALOUX] par Arlette Boulogne, version mise en ligne le 5 septembre 2011, dernière modification le 5 septembre 2011.

Par Arlette Boulogne

ŒUVRE  : De nombreux articles dans des revues spécialisées et des travaux bibliographiques notamment sous l’égide de l’Unesco (Place de l’éducation des adultes dans les stratégies et projets de développement culturel, 1987 ; La dimension culturelle du développement, 1986-1992).

SOURCES : Entretien. — Reprise de la notice du Poujol-Romer, DBMEP, p. 211-212.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément