VERDIER Henri, Vital

Né le 4 janvier 1905 à Saint-Nazaire (Loire-Inférieure) ; perçeur ; militant communiste de Paris et de Gentilly (Seine, Val-de-Marne)

Fils d’un chauffeur (forgeron sur l’acte de naissance) et d’une ménagère qui "fréquente l’église", Henri Verdier fit ses études dans une école libre pendant huit ans et fut sans doute titulaire du CEP même s’il ne le précisait par dans son questionnaire biographique, il dit seulement "études terminées". Il entra en apprentissage en mars 1919 à Saint-Nazaire et poursuivit sa formation dans la région parisienne en janvier 1923. Il travailla chez Babcok à La Courneuve, à la Société anonyme des forges de Firminy dans la Loire, à la Société métallurgique de Normandie à Mondeville (Calvados), et revint à Saint-Nazaire pour être embauché aux chantiers de la Loire. Le départ au régiment (où il fut caporal) interromptit son travail en 1926. Il fut ensuite embauché par des artisans de Saint-Nazaire puis retourna à Paris chez Citroën, chez Salmson à Billancourt, chez Simca à Levallois-Perret et enfin chez Gnôme-et-Rhône à Paris XIIIe arr.

Sympathisant communiste, marié à Courbevoie le 22 octobre 1927 avec Pauline, Gracieuse Mawin, ménagère sympathisante, et père de deux enfants, il adhéra au Parti communiste, dans la ville de son domicile, à Gentilly, en mai 1936. Le Parti communiste l’affecta à la section du XIIIe arr. où il fut chef de secteur. Il suivit les sours élémentaires du parti et un école de section mais ses lectures marxistes étaient limitées : le Manifeste communiste et la Maladie infantile du communisme de Lénine.

Syndiqué CGT des métaux, il était secrétaire adjoint d’une section des Amis de l’Union soviétique.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article138160, notice VERDIER Henri, Vital, version mise en ligne le 6 septembre 2011, dernière modification le 8 septembre 2020.

SOURCES : RGASPI, 495 270 4738, 29 avril 1938. — Etat civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément