GOUAUX Fernand

Par Louis Botella

Né le 19 juillet 1904 à Bordeaux (Gironde), mort le 27 octobre 1971 à Pessac (Gironde) ; ouvrier métallurgiste et docker ; syndicaliste CGT puis CNT, ensuite Force ouvrière (FO) de la Gironde et de la métallurgie ; « anarcho-syndicaliste ».

Fernand Gouaux était le fils de Jean Gouaux et de Marie Salle.

Il était en 1936 le secrétaire adjoint du syndicat unique des métaux CGT-SR de Bordeaux (Gironde). Il travailla ensuite comme docker à Bordeaux et milita au groupe de Cenon de la Fédération anarchiste de langue française (FAF).

Fernand Gouaux milita pendant quelques années au sein de la CGT qu’il quitta au moment de la création de la CNT France.

Il participa, le 8 novembre 1947 à la salle Lancry à Paris, à une réunion des responsables nationaux et départementaux appartenant à la minorité ex-confédérée.

A la tête du syndicat autonome des métaux de la Gironde, Fernand Gouaux figura parmi les dirigeants de l’Union départementale des syndicats indépendants animée par le postier Pierre Richou.

Cette union départementale et l’Union départementale des syndicats FO se regroupèrent, en janvier 1948, au sein du comité de coordination girondin. Cette structure se transforma ensuite en Union départementale des syndicats confédérés affiliée à la Confédération FO.

Il fut l’un des fondateurs, le 15 février 1948, de l’Union départementale FO de la Gironde, au sein de laquelle il exerça pendant quelques années les fonctions de secrétaire puis il devint secrétaire général adjoint, mandat qu’il assuma jusqu’à son départ à la retraite en 1968.

Il devint en avril 1952 membre du bureau du bureau de la Fédération FO des Métaux, puis en mai 1954 secrétaire fédéral non permanent au sein de cette fédération. Il assuma ce mandat jusqu’en mai 1963 puis il fut élu conseiller technique au sein de cette fédération.

Il prit part aux congrès confédéraux FO entre 1948 et 1956.

Bien qu’il fût en retraite, il continua à militer au sein de son syndicat et de son UD.

Au moment de son décès, il demeurait à Bordeaux.

Il fut l’époux de Simone Viaud.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article138427, notice GOUAUX Fernand par Louis Botella, version mise en ligne le 1er octobre 2011, dernière modification le 9 janvier 2019.

Par Louis Botella

SOURCES : Terre libre, année 1936, 1937. — Force Ouvrière, hebdomadaire de la CGT-FO, 26 février 1948, 10 avril 1952, 6 avril et 1er juin 1960, 3 novembre 1971. — Comptes rendus des congrès confédéraux FO de 1948 à 1956. — Les métallos en leur siècle sous la direction de Bernard Vivier et d’Antoine Laval, Publications Maine-Vergniaud et Pléiades Éditions de l’Air, Paris 1996. — Jean Pannetier, Jean-Luc Venture et Jean-Louis Duboe in La mémoire de l’Union départementale CGT-FO de la Gironde (1947-1948), UD FO de la Gironde, novembre 2012. — Etat civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable