LE PIERRES Gestin

Par Alain Prigent, François Prigent

Né le 11 mars 1885 à Camlez (Côtes-du-Nord, Côtes d’Armor), mort le 11 janvier 1975 à Ploumilliau (Côtes-du-Nord) ; instituteur, militant laïque ; maire socialiste SFIO de Ploumilliau (1945-1953).

Gestin Le Pierrès naquit dans le Trégor d’un père instituteur et d’une mère titulaire du brevet élémentaire. Ses deux sœurs comme son frère (mort à la guerre en 1914) firent aussi carrière dans l’enseignement primaire. Il fréquenta l’école primaire de Camlez puis celle de Ploumilliau où son père enseigna à partir de 1895. Après des études au cours complémentaire dirigé par son oncle Vincent Guéguen, il fut reçu à l’École normale d’instituteurs de Saint-Brieuc et fit partie de la promotion 1900-1903. Il eut son premier poste à Cavan en 1903 avant de rejoindre Ploumilliau jusqu’à sa retraite en 1940. Célibataire, il vivait avec sa sœur Louise également nommée institutrice à Ploumilliau en 1906, décédée en 1957. Libre-penseur, il adhéra au Parti socialiste SFIO après la Grande Guerre. Au moment du Front Populaire, il était abonné à La Charrue Rouge, qui contribua à l’élection du premier député SFIO du département, le cultivateur Philippe Le Maux.

Élu maire de Ploumilliau en 1945, il faisait partie des 120 maires revendiquées par la SFIO en 1947, avec Disez (Plufur) et Le Calvez (Trédrez) dans l’arrondissement de Plestin. En 1945, il soutint le syndicaliste de la Confédération générale agricole, militant SFIO, Pierre Lintanf* (678 voix) qui fut largement devancé par Isidore Teurnier* (2 624 voix), maire communiste de Lanvellec. Réélu maire en 1947, Gestin Le Pierrès fut battu en 1953 par le conservateur Jean Lachater qui céda la place en 1959 au syndicaliste paysan, notable MRP, André Cresseveur (maire jusqu’en 2000), également conseiller général de Plestin-lès-Grèves (1961-1967 et 1992-1998), canton qui a élu 4 communistes (Isidore Teurnier*, Marcel Hamon, Yvette Diguerrher et Roger Rioual) entre la Libération et 1998. La mairie de Ploumilliau ne revint à la gauche socialiste qu’en 2001 avec Denise Grandjean.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article138526, notice LE PIERRES Gestin par Alain Prigent, François Prigent, version mise en ligne le 7 octobre 2011, dernière modification le 25 août 2021.

Par Alain Prigent, François Prigent

SOURCES : ADCA 3 M 260 ; ADCA 20 W 93. ― Archives de la FSU 22. ― Fonds Jacques Ozouf, musée de l’Education à Rouen (cote H770). ― L’Eveil Breton (1925-1935). ― Le Combat Socialiste (1945-1953). ― Mairie de Ploumilliau. ― Alain Prigent, Les instituteurs des Côtes-du-Nord sous la IIIeRépublique (Laïcité, amicalisme et syndicalisme), Editions Astoure, 2005. ― François Prigent, La Charrue Rouge d’Augustin Hamon et Philippe Le Maux. Un socialisme d’extrême-gauche dans le Trégor (1930-1937), maîtrise, Rennes 2, juin 2000.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément