LE ROHELLEC Henri, Paul, Marie

Par François Prigent

Né le 11 novembre 1938 à Arradon (Morbihan), mort le 18 mars 1989 à Vannes (Morbihan) ; professeur de lycée ; syndiqué au SGEN ; militant MRP, PSU puis PS ; premier adjoint d’Arradon (1971-1983) puis conseiller municipal (1983-1989) ; militant associatif sportif ; conseiller général PS de Vannes-Ouest (1979-1985) ; candidat aux législatives de 1981.

Ce fils d’agriculteurs quitta l’école à 14 ans pour travailler à la ferme jusqu’à l’âge de 22 ans. Après un bref passage au MRP au début des années 1960, il entama un glissement vers la gauche. Sursitaire, son frère Albert (enseignant), militant dans le réseau d’Albert Dory* près de Saint-Malo lui transmit sa prise de conscience politique lors de son expérience du service militaire en Algérie et le fit entrer au PSU.

En 1962, Henri Le Rohellec obtint le baccalauréat à l’armée, avant de passer une licence de Sciences physiques à Caen. Après un an à Nantes, il fut reçu au CAPES et enseigna au collège de Vannes (1968-1972) puis au lycée Lesage jusqu’à son départ à la retraite. Il se maria le 30 octobre 1965 à Vannes avec Micheline Le Roux, enseignante.

Investi dans les réseaux laïques (président de l’Union Sportive Arradon et arbitre de football), ce catholique sans étiquette, syndiqué au SGEN, devint premier adjoint du maire centriste d’Arradon (1971-1983).

Rocardien, il adhéra au PS en 1977 et se présenta aux élections cantonales en 1979 contre le député maire de Vannes, Paul Chapel. Sa victoire tonitruante incarnait une pénétration du PS dans l’Est du département, sous l’influence des nouvelles matrices d’adhésion socialistes dans les milieux ruraux et chrétiens, travaillés par les nébuleuses militantes qui tournaient autour du PSU dans les années 1960.

Persuadé de la nécessité de capter cette famille politique à l’occasion des élections présidentielles de 1981, il parraina Huguette Bouchardeau tout comme Jean Giovannelli*, autre candidat PS aux élections législatives. Exclu mais soutenu par la fédération du Morbihan, il obtint un bon score en compagnie du syndicaliste agricole de Questembert Alain Le Cadre. Il monta sans succès une liste socialiste aux élections municipales de 1983 avant d’être battu également au renouvellement des élections cantonales de 1985 par Pavec.

En troisième position sur la liste PS aux élections législatives de 1986 derrière Jean-Yves Le Drian* et Jean Giovannelli*, il mourut pendant le second tour des élections municipales le 18 mars 1989, non sans avoir figuré sur la liste menée par son ami André Gall (décédé le samedi, il fut élu le dimanche !), remplacé au conseil municipal par Christine Jarlégan). Sa femme reprit le flambeau de cette personnalité locale forte, en intégrant l’équipe municipale depuis 1995.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article138528, notice LE ROHELLEC Henri, Paul, Marie par François Prigent, version mise en ligne le 7 octobre 2011, dernière modification le 25 janvier 2022.

Par François Prigent

SOURCES : ADM 1101 W 171 ; ADM 85 J. ― Le Rappel du Morbihan (1977-1989). ― Archives Fédérales du PS 56. ― Archives Philippe Meyer*. ― Entretiens avec Jean Giovannelli*, Philippe Meyer*, Joseph Le Lamer, René Lorent, André Gall* et Hervé Pellois. ― François Prigent, « Les réseaux seconds en politique. Prosopographie des conseillers généraux socialistes du Morbihan au XXe siècle (1898-2004) », in Recherche Socialiste, n°42, mars 2008. ― Notes de Jacques Girault.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément