LONGUE Maurice [LONGUE Jules, Gaston, Maurice]

Par Tony Legendre

Né le 14 juillet 1906 à Regny (Aisne), mort le 6 juin 1975 à Chauny (Aisne) ; maître d’éducation physique ; militant socialiste SFIO de l’Aisne, conseiller municipal de Chauny.

Fils de Paul, Henri Longue, employé d’épicerie et de Marie-Françoise Lemaire, sans profession, Maurice Longue, attiré par le sport depuis son plus jeune âge, fit sa carrière dans l’enseignement public en tant que maître d’éducation physique. Il enseigna au CREPS de Reims avant de venir au collège moderne et technique (devenu lycée Gay Lussac) de Chauny où il termina sa carrière en 1962. Dès son arrivée à Chauny, il suivit les activités de la société de gymnastique « La Chaunoise » et fut le président-fondateur du Cercle des Nageurs de Chauny. Il fut à l’origine de la réalisation du stade Joncourt à Chauny. Il fut aussi longtemps le délégué régional du sport ASSU et des activités UFOLEP. Titulaire de la médaille d’or de l’Éducation Physique et des Sports (1951), il était Officier des Palmes Académiques.

Il épousa Renée Paternotte, sans profession, le 3 septembre 1928 à Fargniers (Aisne), qui ouvrit par la suite un magasin d’articles de sport à Chauny. Le couple eut un enfant.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Longue eut une action efficace au service de la Résistance dans la région et fut chef de groupe dans les rangs des FFI. Il reçut la médaille militaire, le 21 avril 1950, la Croix de Guerre 1939-45 avec étoile d’or pour une citation à l’ordre de l’armée, la Croix du combattant, la médaille de la Résistance et la Croix des Combattants Volontaires de la Résistance.

Maurice Longue, responsable de la section SFIO de Chauny en 1950, délégué fédéral chargé de l’organisation en 1952, membre du bureau fédéral en 1956, fut candidat à l’élection au comité directeur au congrès national SFIO de 1953.

Longue fit partie, le 27 septembre 1944, de la délégation spéciale désignée pour administrer provisoirement la ville, après la Libération. En mai 1945, il fut élu conseiller municipal, poste qu’il occupa jusqu’à sa mort, sans interruption, avec un poste d’adjoint en mars 1965 et de 1er adjoint au maire de Chauny, Yves Brinon.

Maurice Longue fut candidat aux élections cantonales partielles de Chauny en 1946, après l’invalidation de l’élection du communiste Lucien Petit, en septembre 1945. Quatre candidats s’opposèrent au premier tour, le 24 novembre 1945. Paul Doloy, PCF, arriva en tête avec 2 856 voix (35 % des suffrages exprimés), devant Louis Ternynck, PRL, ancien conseiller général du canton révoqué en janvier 1945 (2 325 voix, 28,5 %), Longue, SFIO (1 556, 19 %) et le MRP Aublin (1 420, 17,4 %). Ternynck, l’emporta finalement sur Doloy, par 4 358 voix (53,5 %) contre 3 778 (46,4 %). Le 20 mars 1949. Ternynck, candidat RPF, manqua l’élection au premier tour, en obtenant 3 737 voix (48,6 %). Derrière lui, on trouvait les trois candidats de gauche : Laurent Carpentier, PCF, avec 2 234 voix (29 %), Longue, SFIO, avec 1 251 voix (16,3 %) et Raymonde Ancelin, PSU, avec 471 voix (6,1 %). Au second tour, le conseiller général sortant fut très largement réélu, Laurent Carpentier ne parvenant à gagner que 601 voix (35,3 %). Longue fut à nouveau le candidat socialiste aux élections cantonales de 1955, 1961 et de 1964 .

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article138546, notice LONGUE Maurice [LONGUE Jules, Gaston, Maurice] par Tony Legendre, version mise en ligne le 30 janvier 2012, dernière modification le 29 avril 2022.

Par Tony Legendre

SOURCES : Arch. Nat., F/1cII/274, 704. — Arch. Dép. Aisne, 7446, 10757. — Archives de l’OURS, correspondance Aisne. — Bulletin intérieur de la SFIO, n° 67. — Notes de Gilles Morin et de Frédéric Stévenot.7.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément