LE PARC Amand, François, Albert

Par Alain Prigent, Julien Lucchini

Né le 8 juin 1920 à Pontrieux (Côtes-du-Nord, Côtes d’Armor) ; comptable à l’EDF ; secrétaire départemental du syndicat EDF et Côtes-du-Nord (1962-1980) ; secrétaire adjoint de l’union départementale CGT des Côtes-du-Nord (1961) ; membre du comité de la fédération des Côtes-du-Nord du PCF (1954-1964), de la commission de contrôle financier (1964-1970).

Son père, engagé volontaire lors de la Grande Guerre, fit carrière dans l’armée en particulier pendant la période d’occupation de la Ruhr après la première guerre mondiale. Après avoir quitté l’armée, il obtint un emploi réservé dans les PTT devenant facteur à Saint-Brieuc. Sa mère, femme au foyer, fut déléguée auprès de la Croix Rouge et s’occupa d’aide aux malades jusqu’à ses quatre-vingt cinq ans.

Amand Le Parc, aîné d’une fratrie de sept enfants, fut élevé par un oncle percepteur qui exerça dans l’Orne, en Loire-Inférieure puis dans le Morbihan. Cet oncle, qui militait auprès de la CGT et du Parti communiste, ne fut pas sans influence sur le jeune Amand Le Parc qui découvrit ainsi l’univers de la lutte sociale et du militantisme. Il fit ses études primaires et secondaires à Vannes. Il adhéra au PCF en 1938, militant dans la cellule du lycée avec Mercier et Le Bail. Il fut reçu en 1940 au concours du personnel navigant à Istres (Bouches-du-Rhône). Au moment de la débâcle en juin 1940, il tenta de passer en Espagne.

Afin d’échapper au STO, qu’il devait effectuer au sein de l’Organisation TODT dans la région de Saint-Nazaire, il se cacha en Loire-Inférieure à Ligné. Combattant volontaire de la Résistance à compter d’avril 1943, il revint dans les Côtes-du-Nord en 1944 et fit partie du maquis FTP de Pommerit-le-Vicomte avec Jeff Le Roux. Il participa aux combats de Plouec-du-Trieux le 4 août 1944 puis, ensuite, à la libération de Tréguier, Paimpol et de Lézardrieux.

En 1947, il devint secrétaire général de l’Union locale CGT de Guingamp, responsabilité qu’il assuma jusqu’en 1962. L’Union locale de Guingamp regroupait plus de 500 adhérents qui se réunissaient chaque année lors d’une kermesse dans le jardin public (2 000 à 3 000 personnes). La recette de la kermesse était reversée à L’Avenir Social, une structure de la CGT qui venait en aide aux orphelins des fusillés de la Résistance.

Amand Le Parc fut embauché à l’EDF comme comptable en juin 1948. En 1949, il devint vice-président de l’Office HLM de Guingamp puis, devenu vice-président départemental, il assuma cette responsabilité jusqu’en 1961. Il fit partie de la délégation des Côtes-du-Nord au congrès national de la CGT à Versailles en 1953. En 1956, il organisa la manifestation contre la venue de Robert Poujade dans la ville, manifestation qui donna lieu à de violents accrochages entre les deux groupes. Il fut candidat aux élections municipales à Guingamp en 1959 sur la liste du PCF conduite par François Leizour*.

Responsable du syndicat CGT EDF-GDF de la subdivision de Guingamp, il brigua un poste à Saint-Brieuc en 1962. Secrétaire général du syndicat de Saint-Brieuc de 1964 à 1980, il fut élu secrétaire départemental du syndicat CGT, succédant à Francis Auffret*. Délégué du personnel, secrétaire du comité mixte de production (durant vingt-quatre ans), chef de service à la caisse d’action sociale (CAS), membre du comité d’hygiène et de sécurité ainsi que de la Médecine du Travail, il joua un rôle majeur pendant deux décennies. Le syndicat CGT EDF des Côtes-du-Nord avait un taux de syndicalisation exceptionnel, un des plus forts du pays. Amand Le Parc participa à de nombreuses réunions de l’exécutif national, à des délégations avec Marcel Paul* auprès de la direction nationale d’EDF. Lorsqu’il prit sa retraite en 1980, il fut remplacé par Roger Henry*. Secrétaire départemental des retraités, il fut membre de l’UCR.
Membre de la commission administrative (1958-1969), il fut élu secrétaire adjoint de l’Union départementale CGT des Côtes-du-Nord en 1961. Il siégea au bureau de 1963 à 1965. Il fut candidat CGT au conseil d’administration de la caisse primaire de sécurité sociale des Côtes-du-Nord le 17 novembre 1955 et en 1962.

Amand Le Parc fut un militant communiste de premier plan à Guingamp et à Saint-Brieuc. Il fut pendant une dizaine d’années secrétaire de la section de Guingamp animée également par Albert Ségot* et Ferdinand Omnès*. Élu au comité de la fédération du PCF des Côtes-du-Nord de 1954 à 1964, il siégea à la commission de contrôle financier de 1964 à 1970. Il fut candidat à l’élection cantonale de Pontrieux en 1961 où il obtint 7,4 % des suffrages exprimés.
Il est, depuis, resté fidèle au PCF.

Plus de six cent cinquante personnes vinrent saluer Amand Le Parc à l’occasion de son départ à la retraite. Après celle-ci, il n’interrompit d’ailleurs pas ses activités militantes et fut membre du Groupement fédéral des retraités (GFR) de 1983 à 1987. De 1980 à 1996, il fut secrétaire général de la section des Inactifs et veuves du centre de Saint-Brieuc puis secrétaire général adjoint jusqu’en 2010 au moins. En 1993, il faisait partie du comité de rédaction du journal L’avenir syndicaliste. En 2006, alors âgé de quatre-vingt six ans, Amand Le Parc répondit néanmoins présent aux obsèques de son ancien camarade Yves Vincent pour lui rendre hommage.

Ancien combattant et résistant, il milita à l’Association nationale des anciens combattants de la Résistance de 1947 à 2010, ainsi qu’à l’Association nationale des Anciens FTP de 1944 à la dissolution de celle-ci.

Il avait épousé Jeanne Le Parc, cadre EDF-GDF, correspondante d’une Section locale de vote et trésorière générale de la CMCAS de Saint-Brieuc durant trois mandats. Le couple eut trois enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article138579, notice LE PARC Amand, François, Albert par Alain Prigent, Julien Lucchini, version mise en ligne le 18 octobre 2011, dernière modification le 2 octobre 2013.

Par Alain Prigent, Julien Lucchini

SOURCES : Arch. Dép. Côtes-d’Armor, 46W8 (note des RG du 27 mai 1957), 1079W260 (note des RG du 19 juin 1968). — Composition des comités fédéraux de la fédération des Côtes-du-Nord et fichier des élus de la Fédération des Côtes-du-Nord du PCF établis par Gilles Rivière. -Arch. de l’UD CGT des Côtes d’Armor. - Une semaine dans les Côtes-du-Nord, supplément de l’Humanité Dimanche - Bretagne Nouvelle, hebdomadaire des fédérations du PCF de Bretagne (1968-1981). — Alain Prigent, Mondes du travail et syndicalismes dans les Côtes-du-Nord (1944-1984). Espaces, pratiques, cultures et représentations, DEA sous la direction de Jacqueline Sainclivier, Rennes II, 2004. — Alain Prigent, « Les mondes ouvriers chez Tanvez (des années 30 aux années 60) : identité ouvrière, conflictualité sociale, trajectoires militantes », in Culture industrielle et mémoire industrielle, ouvrage collectif, Editions Ville de Guingamp, 2011. — Arch. Privées, Amand Le Parc — Bulletin d’information de la section CGT Retraités et veuves des Côtes-d’Armor, janvier 2006. — Presse locale. — Entretien réalisé en janvier 2010. — Renseignements fournis par l’intéressé.

ICONOGRAPHIE : Amand Le Parc (à gauche) et Yves Larriven à Pontrieux en mars 1954 (Collection Le Parc).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément