LIENHARD Jacques

Par Jacques Ungerer

Né et mort à Strasbourg (Bas-Rhin), 16 avril 1920- 20 janvier 2011 ; instituteur dans le Bas- Rhin ; secrétaire général de la section départementale du SNI du Bas-Rhin de 1949 à 1951, secrétaire adjoint de cette section de 1947 à 1949 et de 1951 à 1963, secrétaire de la MGEN du Bas-Rhin de 1947 à 1980.

Jacques Lienhard, d’origine protestante, instituteur, termina sa carrière comme directeur d’école. Il se maria le 29 juin 1946 à Strasbourg avec une employée sténo-dactylographe. Il joua un grand rôle dans le rétablissement du SNI dans le Bas-Rhin après la Libération. Le 13 décembre 1945, lors des premières élections après la Libération, il fut élu 8e au Comité départemental du SNI. En décembre 1945, il fut désigné comme membre de la commission nationale des jeunes du SNI et comme délégué des jeunes dans la section départementale. Il remplaça [Alphonse Terrisse-<182145], en novembre 1948, comme secrétaire adjoint de la section départementale.

En octobre 1949, à la suite de la démission de Frédéric Mathis pour raison de santé, il lui succéda en qualité de secrétaire général de la section départementale du SNI. Le mois suivant, dans le Bulletin de la section, il se demandait comment , déjà surchargé de multiples tâches, il allait trouver le temps de s’occuper, « avec tout le zèle nécessaire » de ces nouvelles fonctions. Il affirmait ensuite sa fidélité à la laïcité et à l’autonomie du SNI. En mars 1950, il se prononça contre le projet défendu par le MRP (et aussi le PCF) de rétablissement de l’enseignement de l’allemand dans l’enseignement primaire de l’Académie de Strasbourg qu’il qualifia de « démagogie de parti » alors qu’il estimait qu’il était impossible de faire assimiler deux langues avant l’âge de quatorze ans. En février 1951, il réagissait à un article du Nouvel Alsacien, le quotidien du MRP bas-rhinois, qui accusait le SNI d’être « une société typiquement marxiste […] leur jeu les pousse à attendre ardemment l’Armée rouge » et qui prétendait que le comité du SNI du Bas-Rhin ne comptait, à un exception près, que des instituteurs de l’Intérieur, or « notre comité compte deux instituteurs de l’Intérieur, les 15 autres sont tous Alsaciens ». Lors du renouvellement du bureau de la section, le 4 octobre 1951, Lienhard refusa catégoriquement son éventuelle réélection au secrétariat général : Thiébault Siegler* lui succéda tandis qu’il devenait secrétaire adjoint chargé des relations avec l’administration. Il garda cette fonction jusqu’en 1963.

Dès 1945, Jacques Lienhard fit redémarrer l’Autonome (assurance des enseignants en responsabilité civile) et la Mutuelle assurance élèves dans le Bas-Rhin. Il dirigea ces sections départementales jusqu’en avril 1991. Il fut trésorier national de la MAE.

Jacques Lienhard joua un rôle essentiel dans la naissance de la MGEN dans le Bas-Rhin. Le 19 décembre 1948, lors de l’assemblée générale extraordinaire de la section départementale de la MGEN, il en devint le secrétaire, puis, dès 1950 le directeur, fonction qu’il assuma jusqu’en 1980. Il participa avec beaucoup de conviction à la création et la réalisation du centre médical de la MGEN à Strasbourg, ouvert en 1964, pour lutter contre les dépassements d’honoraires déjà bien ancrés dans le Bas-Rhin dès cette époque.

Il était Commandeur des palmes académiques.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article138638, notice LIENHARD Jacques par Jacques Ungerer, version mise en ligne le 28 octobre 2011, dernière modification le 3 mai 2021.

Par Jacques Ungerer

SOURCES : Bulletin de la section départementale du Bas-Rhin du SNI. — Notes de Jacques Girault et de la section MGEN transmises par Jean-Michel Laxalt.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément