MACHURAT Émile, René

Par Jean-Pierre Besse, Claude Pennetier

Né le 30 mai 1925 à Marchon, commune d’Arbent (Ain), mort le 19 février 2009 à Oyonnax (Ain)  ; ouvrier des matières plastiques dans l’Ain, directeur de coopérative ouvrière  ; résistant FTP  ; secrétaire fédéral communiste de l’Ain de 1956 à 1966.

Fils d’un artisan et d’une ménagère, Émile Machurat naquit dans une famille de cinq enfants. Il obtint son certificat d’études primaire puis suivit pendant un an le cours supérieur. Il commença à travailler en 1939 comme ouvrier en matière plastique aux établissements Desquartier.

En janvier 1944, Machurat entra au FTP et appartint au 1er bataillon FTP de l’Ain, 10e compagnie. C’est dans la Résistance qu’il adhéra au Parti communiste, en mai 1944 ou dans l’été 1944 selon les sources. À la Libération, il s’engagea dans l’Armée et fut démobilisé en octobre 1945. Ses affectations successives furent : dans un bataillon médical puis à la surveillance de la frontière suisse et dans un camp prisonnier de guerre allemand à Thol ; il suivit un stage de sous-officier à en juillet 1945.

Syndicaliste CGT du peigne d’Oyonnax depuis 1946, Émile Machurat gravit les échelons : secrétaire de cellule de Marchon, membre du comité de section d’Oyonnax, secrétaire de section en 1950. Il suivit une école de section en 1948 et une école fédérale du soir en 1949. Le Parti communiste envisagea de lui faire suivre une école centrale d’un mois en 1951 mais cette participation fut repoussée à une date ultérieure. Il suivit une école de quatre mois en 1952 et fut dès lors permanent. À partir de 1951, il avait été invité au secrétariat fédéral et au bureau fédéral  ; en 1952, il entra formellement au secrétariat. En 1956, il remplaça Marcel Rosette comme premier secrétaire. Malade à partir de février 1965, il demanda au début de 1966 à être déchargé de ses fonctions. Il fut alors remplacé par Marcel Benoit.

Maintenu au bureau fédéral, Émile Machurat devint le responsable du mouvement des coopérations dirigé par des communistes. Il quitta le bureau fédéral en 1974, lors du départ de son département.

Le PCF le présenta aux élections législatives de novembre 1958 ((4 708 voix sur 67 589 inscrits et 4 598 au deuxième tour) et de novembre 1962 (5 169 voix sur 37 602 suffrages exprimés et 67 878 inscrits se désiste pour le candidat indépendant de gauche sortant au deuxième tour).

À la suite d’une manifestation non déclarée contre les dix-huit mois, il fut l’objet de poursuite en décembre 1950.

Il était marié avec Yvette Picco, membre du PCF, le 30 mars 1946 à Oyonnax. Le couple eut trois enfants. Au titre des parents d’élèves, il fut membre du comité départemental de défense laïque.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article138648, notice MACHURAT Émile, René par Jean-Pierre Besse, Claude Pennetier, version mise en ligne le 27 octobre 2011, dernière modification le 14 novembre 2015.

Par Jean-Pierre Besse, Claude Pennetier

SOURCES  : Arch. comité national du PCF. — Le Dauphiné libéré, 21 février 2009. — Etat civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément