TRONCHE Raymond

Par Fabien Conord

Né le 14 mai 1913 à Montluçon (Allier), mort le 4 février 1990 à Montluçon (Allier) ; employé municipal ; résistant ; socialiste SFIO ; secrétaire fédéral SFIO 1959-1969.

Raymond Tronche fut tout d’abord clerc d’huissier, puis employé de bureau à la SNCF et enfin employé à la mairie de Montluçon. Nommé commis expéditeur en 1937, il adhéra à la SFIO en 1938. La guerre 1939-45 fut pour lui une période très importante : mobilisé au 11ème régiment des zouaves de 1939 à 1940, il fut très vite membre du mouvement Libération-Sud et, parcourant à bicyclette les départements du Cher, de la Creuse et de l’Allier, il fut chef départemental du COPA (Centre des Opérations de Parachutages et d’Atterrissages), ce qui lui valut une citation élogieuse du général de Gaulle en 1945. En effet, il fut, dès le 19 avril 1945, décoré de le croix de guerre et, le 30 septembre 1945, de la médaille de la Résistance. Président du Comité local de Libération de Montluçon, Raymond Tronche organisa la prise des lieux de pouvoir, qu’il contrôla avec vigilance afin d’éviter une mainmise des communistes locaux.

Devenu chef de bureau à la mairie de Montluçon, Raymond Tronche fut encore décoré de la médaille militaire en avril 1951 et de la croix de CVR (Combattant Volontaire de la Résistance) en avril 1956. Secrétaire général adjoint de la mairie de Montluçon en 1959 et adhérent de FO, il fut désigné, cette même année, secrétaire fédéral de la SFIO, après la mise en minorité de Gilles Gozard (voir ce nom) au mois d’avril. Mettant à profit son aura de résistant et les facilités que lui accordait sa position dans la plus grande ville socialiste du département, Raymond Tronche put diriger la machine administrative pendant dix ans, tout en jouant fréquemment le rôle d’arbitre entre les différents leaders de la SFIO départementale, et surtout montluçonnaise. En tant que secrétaire fédéral, il fut délégué aux congrès nationaux de la SFIO dès 1960.

Marié avec Louise Aumeunier, Raymond Tronche était père d’un fils, Jean-Luc (devenu architecte). Encore délégué au Congrès d’Issy-les-Moulineaux, en 1969 et signataire de la motion Mollet, Raymond Tronche est resté membre de la CEF du nouveau parti socialiste de 1969 à 1971. Retraité de la mairie de Montluçon, il continua à militer et à œuvrer pour les affaires publiques puisqu’il fut secrétaire de section du PS à Domérat (Allier) de 1971 à 1981 et élu adjoint au maire de cette même commune en 1977, où il fit profiter la municipalité de son expérience de l’administration. Par ailleurs, il était depuis 1972 président de la 274ème section des médaillés militaires et devint président de l’Union fédérale des Anciens combattants en novembre 1982. Malade, il ne s’était pas représenté aux élections municipales de mars 1989, et mourut le 4 février 1990.

Raymond Tronche, grande figure du monde combattant du département de l’Allier, fut un militant dévoué à son parti, un de ces hommes discrets qui faisaient la force de la SFIO locale.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article138731, notice TRONCHE Raymond par Fabien Conord, version mise en ligne le 8 novembre 2011, dernière modification le 8 novembre 2011.

Par Fabien Conord

SOURCES : Arch. Dép. Allier, 46 J 25, 46 J 40, 46 J 64. — Arch. Mun. Montluçon, 3 C 40 (La Montagne, février 1990). — Office Universitaire des Recherches Socialistes.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément