CAHEN Janine

Née le 10 septembre 1931 à Mulhouse (Haut-Rhin), morte le 10 août 2011 à Clamart (Hauts-de-Seine) ; enseignante puis correctrice au Monde ; anticolonialiste.

Fille d’un avocat, Edmond Cahen, Janine Cahen, connut l’entrée des Allemands en Alsace, les lois raciales antijuives et le départ pour Valence (Drôme) où son père devint résistant. Placée dans une maison d’enfants dans le Vercors, avec ses frères et sœurs, elle fut et restera marquée par le climat de la lutte contre l’occupation.

Elle fut une élève de Madeleine Rebérioux* au lycée de jeunes filles de Mulhouse et sera très liée à elle.

Enseignante de français au lycée de jeunes filles de Mulhouse puis institutrice à Paris, elle s’insurgea contre la torture, sympathisa avec Pierre Vidal-Naquet* et fit partie des "porteurs de valises" pour le Front de libération nationale (FLN). Elle n’appartenait à aucun parti.

Arrêtée en février 1960, elle resta huit mois à la Petitz Roquette puis partit en Italie où, avec Micheline Pouteau, elle publia un livre de témoignage sur les opposants à la guerre d’Algérie et sur les soldats.

Elle travailla à Jeune Afrique puis à la Revue d’études palestiniennes et enfin, de 1983 à 1988, au Monde, comme correctrice.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article139037, notice CAHEN Janine, version mise en ligne le 29 novembre 2011, dernière modification le 20 septembre 2014.

SOURCES : Le Monde, 22 août 2011, Catherine Simon, "Militante anticolonialiste, Janine Cahen".— Etat civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément