LE NÉGARET Basile

Par Alain Prigent

Né en 1940 ; instituteur ; membre du bureau de la section départementale des Côtes-du-Nord du SNI (1965-1975) puis secrétaire général (1975-1990) ; membre du comité de la fédération des Côtes-du-Nord, Côtes-d’Armor du PCF (1985-1991).

Basile Le Négaret est le fils d’un ouvrier des ponts-et-chaussées.
Il fut reçu à l’École normale d’instituteurs de Saint-Brieuc dans les années 1950. Il enseigna à Saint-Laurent en Plérin puis à Saint-Brieuc. Il fut détaché à mi-temps puis à temps plein au début des années 1970. A la rentrée 1991, il reprit un poste à Saint-Brieuc où il termina sa carrière professionnelle.

Il fut élu au conseil syndical du Syndicat national des instituteurs sur la liste d’union dirigée par Maurice Renault* en 1964, Il y siégea jusqu’à la scission de 1992. Adhérent au SNUIPP, il siégea jusqu’en 1997 dans les nouvelles instances départementales dirigées par Yannick Le Cam.

Membre du bureau de la section départementale du SNI en 1965 chargé de la commission des jeunes, il siégea dans les instances nationales « Jeunes » pilotées par André Henry. Élu à la Commission administrative paritaire départementale pour la première fois en 1966, il siégea pendant trois décennies. Dans le même temps, il était chargé de l’animation syndicale du canton de Plérin en particulier en 1968. Il succéda à M. Renault au poste de secrétaire général de la section en 1975. Il participa à la plupart des congrès nationaux du SNI, y intervenant fréquemment au nom de la section des Côtes-du-Nord, ou comme en particulier à Nancy en 1977 où il défendit la motion « Unité et Action » sur la laïcité.

Membre de la commission administrative de la section de la Fédération de l’Éducation nationale à partir de 1964, il fut, à partir du début des années 1970, l’adjoint des secrétaires départementaux qui se succédèrent comme Jean-Claude Corre* (1966-1975), Jean-Pierre Samica* (1975-1983) puis Amédée Perrot* (1983-1992).

Militant du PCF, il fut candidat aux élections municipales en 1965 à Plérin sur la liste d’union conduite par François Jégou, ancien déporté. Basile Le Négaret fut élu au comité de la fédération des Côtes-du-Nord du PCF où il siégea pendant deux mandats (1985-1991).

Au milieu des années 1990, Basile Le Négaret et son épouse s’installèrent à Yvias près de Paimpol. En 2001, le maire sortant, Joseph Charlès, ne se représentant pas, Basile Le Négaret, connu dans la commune pour son engagement dans le milieu associatif en particulier au sein de la troupe théâtrale, conduisit une liste, sans étiquette, aux élections municipales, qui l’emporta dès le premier tour. Lors de l’élection du maire, B. Le Négaret fut battu par l’un de ses colistiers, Jean-François Guillou qui s’allia avec les élus de la liste adverse. Ulcéré par de telles pratiques, B. Le Négaret ne siégea que quelques mois au sein de l’assemblée communale.

Il épousa Monique Hinault, employée de la Sécurité sociale, militante de la CGT, conseillère municipale de Saint-Brieuc qui siégea au comité de la fédération du PCF de 1974 à 1979. Le couple eut trois enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article139151, notice LE NÉGARET Basile par Alain Prigent, version mise en ligne le 17 décembre 2011, dernière modification le 17 décembre 2011.

Par Alain Prigent

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément