LÉCLUSE Amédée [LÉCLUSE Joseph, Amédée, Henri]

Par Jacques Girault

Né le 20 février 1888 à Cosne-d’Allier (Allier), mort le 5 mars 1951 à Paris (XVIe arr.) ; professeur ; militant socialiste en Algérie.

Amédée Lécluse
Amédée Lécluse
Le Semeur, 1931
Fourni par Claire Marynower

Fils d’un clerc de notaire, Amédée Lécluse, boursier, admissible à l’École normale d’instituteurs en 1909 et en 1910, obtint une licence de lettres à la faculté de Lyon en 1911. Il fut professeur délégué aux collèges de Blois (Loir-et-Cher) en janvier 1912, de Saint-Omer (Pas-de-Calais) en avril 1912, de Clamecy (Nièvre) en octobre 1912, puis de Coulommiers (Seine-et-Marne) en 1914.

il se maria en novembre 1915 à Clamecy. Le couple eut quatre enfants.

Amédée Lécluse s’engagea en mars 1915. Affecté dans un régiment de chasseurs alpins puis dans l’artillerie, il fut blessé (pensionné à 25 %). Son père, capitaine, mourut sur le front en janvier 1918.

Après la guerre, il fut nommé professeur de latin au lycée d’Oran en 1919 et enseigna aussi au lycée de filles. Il s’engagea en 1912 dans la Ligue des droits de l’Homme à Clamecy et ne cessa pas d’en être membre. Adhérent du Parti socialiste SFIO en 1910 à Clamecy puis à Oran, il devint secrétaire adjoint de la fédération d’Oranie.

Il fut aussi initié en 1921 à la Franc-maçonnerie (loge de l’ « Union africaine » du Grand Orient de France). Orateur entre 1925 et 1927, il devint maître. Il anima la réflexion sur l’école unique. En 1932, dans le chapître « Union de l’Oranie », reçu au 18e degré, il fut délégué à un convent à Paris en 1936.

Il réintégra la métropole, ne renouant plus avec une loge selon ses déclarations en mars 1944, militant au Parti socialiste dans le XVIIe arrondissement de Paris. Il avait été nommé professeur de grammaire au collège Rollin à Paris, et adhérait au Syndicat de la CGT. Il se prononça contre les méthodes nouvelles de l’enseignement du latin dans la presse pédagogique.

Il fut détaché au collège de Clamecy lors de l’offensive allemande. Par arrêté du 29 novembre 1941, il fut radié de l’enseignement en raison de son affilition à la franc maçonnerie. Il demanda sa réintégration en 1942 en raison de la mobilisation de ses deux fils et de sa participation « à l’effort de solidarité nationale ». Son dossier ne fut pas transmis à la commission car, selon le rapport du 3 septembre 1943, il n’avait pas démissionné de la franc maçonnerie » et ne justifiait « d’aucun service exceptionnel ». Réintégré pour deux années en mars 1944 au lycée Pasteur à Neuilly, il obtint son retour au lycée Jacques Decour à la Libération.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article139154, notice LÉCLUSE Amédée [LÉCLUSE Joseph, Amédée, Henri] par Jacques Girault, version mise en ligne le 17 décembre 2011, dernière modification le 30 avril 2021.

Par Jacques Girault

Amédée Lécluse
Amédée Lécluse
Le Semeur, 1931
Fourni par Claire Marynower

SOURCES : Arch. Nat., F17 27470, Z6/1927. — Notes de Gilles Morin.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément