LHOMMÉDÉ Michel, Robert

Par Jacques Girault

Né le 14 mai 1932 aux Essarts (Loir-et-Cher), mort le 30 octobre 2017 à La Chaussée-Saint-Victor (Loir-et-Cher) ; instituteur dans le Loir-et-Cher ; militant syndicaliste ; militant communiste, maire de Mont-près-Chambord, conseiller général (1979-1998).

Fils d’un journalier agricole, Michel Lhommédé perdit sa mère en 1935. Les sept enfants furent placés à l’Assistance publique. Son père nourricier, cultivateur, Henri Canard, résistant (réseau Buckmaster), arrêté par la police allemande le 28 août 1943, fut déporté et décéda le 8 mai 1945 après sa libération de Mauthausen. Michel Lhommédé, élève du collège de Blois (Loir-et-Cher), entra à l’École normale d’instituteurs d’Onzain en 1948. Instituteur à Neung-sur-Beuvron à partir de 1952, il fut nommé à Mont-près-Chambord en 1957 et y enseigna jusqu’à sa retraite en 1987.

Michel Lhommédé se maria à Clamart (Hauts-de-Seine) en février 1954 avec une institutrice qui adhéra au Parti communiste français en 1960, fille d’un employé de la RATP. Le couple eut un enfant. Il effectua son service militaire dans l’aviation comme soldat de première classe à Châteaudun puis à Romorantin (novembre 1954-avril 1957).

Membre du Syndicat national des instituteurs depuis 1949, il fut le responsable du la sous-section cantonale de Bracieux. Il était au début des années 1970 le secrétaire du conseil du lycée de Blois de la Fédération des conseils de parents d’élèves. Il présida l’œuvre laïque intercommunale de vacances du Loir-et-Cher de 1985 à 2011.

Michel Lhommédé adhéra au PCF à l’école normale en 1949. Secrétaire de sa cellule et de la section communiste, il entra au comité de la fédération communiste, chargé du travail municipal de 1971 aux années 1980. Il quitta le PCF en 1986 en raison de « l’absence de démocratie » qui conduisait à la situation où « la base exécute, c’est tout ».

Michel Lhommédé devint conseiller municipal et adjoint au maire de Mont-près-Chambord après les élections municipales de 1971. Élu maire de la commune en 1977, il fut renouvelé en 1983, en 1989 comme « divers gauche » et ne se représenta pas en 1995. Sous ses mandats, les réalisations furent importantes (construction d’une mairie, d’une salle polyvalente, d’un restaurant scolaire, d’un stand de tir, agrandissement des écoles, aménagements sportifs, création d’une zone commerciale, voirie, assainissement entre autres). Il proposa la création du syndicat intercommunal du Pays de Chambord qu’il présida de 1984 à 1997. Élu conseiller général du canton de Bracieux en 1979, réélu en 1985 et en 1991, non candidat en 1998, il fut le vice-président du Conseil général, chargé des affaires sociales. Pendant son mandat, il obtint la construction du collège de Bracieux, ouvert en 1983, ce qui lui valut les critiques du PCF qui lui reprocha notamment son accord sur cette question avec la présidence du conseil général et la Préfecture. Il fut le créateur et le vice-président du Syndicat du Pays des châteaux.

Michel Lhommédé fonda en 1980 l’association des Pupilles et anciens pupilles de l’État dans le département et la présida jusqu’en 2007. Il était toujours en 2011 le trésorier adjoint de l’association des anciens élèves des écoles normales du département.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article139161, notice LHOMMÉDÉ Michel, Robert par Jacques Girault, version mise en ligne le 17 décembre 2011, dernière modification le 3 mai 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. du comité national du PCF. — Renseignements fournis par l’intéressé. — Presse nationale. — Divers sites Internet. — Note de Jean-Pierre Besse.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément