LOEUILLOT Raymond, Joseph, Octave

Par Daniel Grason

Né le 1er février 1909 à Courbevoie (Seine, Hauts-de-Seine), mort le 10 janvier 1945 à Mauthausen (Autriche) ; ajusteur outilleur ; militant communiste ; interné ; déporté.

Fils de Louis, mécanicien et de Marie, née Planchon, couturière, Raymond Loeuillot épousa Louise Debuire le 25 juin 1932, à Pontarmé (Oise). Le couple habita 2 rue Lambrecht à Courbevoie (Seine, Hauts-de-Seine). Pendant la guerre, il fut mobilisé en Algérie de mars à septembre 1940. Il travailla à la société Sidérur à Gennevilliers, puis à l’usine d’aéronautique Morane à Puteaux, la direction lui fit des remarques en raison de ses conversations avec des ouvriers dans lesquelles il propageait les mots d’ordre du parti communiste.
Il fut arrêté le 10 juillet 1941 à son domicile par des policiers du commissariat de Courbevoie, interné administrativement le même jour à la caserne des Tourelles, XXe (arr.). Il écrivit le 4 août au Préfet de police, demandant « un supplément d’enquête » concernant son arrestation : « Ayant appartenu au Parti Communiste jusqu’à sa dissolution je me suis conformé à ce décret et considère qu’il ne peut y avoir de communiste depuis cette date. Ayant été arrêté sans inculpation je viens protester contre mon arrestation que je crois arbitraire ». Sa requête fut transmise, mais restée sans réponse. Le 16 septembre 1941, il était envoyé au camp de Châteaubriant (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique), puis à Voves (Eure-et-Loir), où il était étiqueté comme un « interné dangereux ».
Livré aux Allemands le 14 octobre 1943, il fut incarcéré au Fort de Romainville, puis à Compiègne (Oise). Lle 25 octobre, un convoi de trente-six hommes prit la destination de Neue Bremm à Sarrebruck dans un wagon aux fenêtres grillagées, accroché au train de la ligne régulière vers l’Allemagne, ils arrivèrent le lendemain. Tous furent envoyés au camp de Mauthausen, classés Nacht und Nebel Nuit et Brouillard « NN », ce qui équivalait à une condamnation à mort. Il fut affecté au Kommando de Linz, les prisonniers travaillaient pour des usines du groupe Hermann Göring Weerke SA qui fabriquaient de l’acier, construisaient des voies ferrées et des chars de combat, les usines fermèrent en août 1944. Matricule 39475 Raymond Loeuillot mourut le 10 janvier 1945 à Mauthausen. Son nom fut gravé sur le Monument des morts en déportation et des fusillés de Courbevoie.
Raymond Loeuillot a été homologué à titre posthume au titre de la Résistance intérieure française (RIF).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article139206, notice LOEUILLOT Raymond, Joseph, Octave par Daniel Grason, version mise en ligne le 28 décembre 2011, dernière modification le 23 septembre 2019.

Par Daniel Grason

SOURCES : Arch. PPo. BA 2374, BA 2397, 77W 52. – Bureau Résistance GR 16 P 314820. – Livre-Mémorial, FMD, Éd. Tirésias, 2004. – JO n° 199, 27 août 1996. – Site Internet GenWeb. – État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément