CHABROL Gaston

Par Daniel Grason

Né le 4 mai 1910 à Châlons-sur-Marne (Châlons-en-Champagne), mort le 20 mars 1945 à Ebensee (Autriche) ; soudeur à la SNCF ; déporté.

Fils de André, maçon, et de Adolphine, née Auchatraire, Gaston Chabrol épousa le 10 mai 1930, Jeanne Chiland à Felletin (Creuse). Le couple eut un enfant, la famille demeura 12 rue Grétillat, puis en 1941, 5 rue des Ardoines à Vitry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne).

Le 25 janvier 1937, il entra à la SNCF, région Sud-Ouest aux ateliers de Vitry-sur-Seine comme manœuvre, il se forma, devint soudeur. En septembre 1939, il fut mobilisé au 12e Régiment du train à Limoges (Haute-Vienne), fait prisonnier, il fut libéré.
Le 1er septembre 1942, il était affecté à l’atelier d’entretien de Juvisy (Seine-et-Oise, Essonne). Engagé dans la Résistance, il était en contact avec un collègue cheminot, Alexandre Pujol qui habitait aussi Vitry-sur-Seine. Ce dernier était arrêté en janvier 1943, les policiers tendirent une souricière à son domicile au 97 avenue du Chemin de Fer, Gaston Chabrol s’y présenta le 19 janvier, arrêté, Son domicile fut perquisitionné sans résultat.
Interrogé dans les locaux des Brigades spéciales, il était inconnu des services de police, bien noté à la SNCF, considéré par ses chefs comme un bon ouvrier. Inculpé d’infraction au décret-loi du 26 septembre 1939, et pour ses relations avec des éléments terroristes, les policiers le livrèrent aux Allemands le 1er février.
Incarcéré à la prison de Fresnes (Seine, Val-de-Marne) jusqu’en avril 1943 où il fut envoyé au Frontstalag 122 à Compiègne (Oise). Le 20 avril un convoi de neuf cent quatre-vingt-quatorze hommes prenait la direction de Mauthausen (Autriche), ils arrivèrent quarante-huit heures plus tard. Il fut affecté au Kommando d’Ebensee, dix mille détenus y travaillèrent dans des tunnels creusés dans la montagne. Des usines devaient s’y installer pour produire de l’essence synthétique et des armes secrètes, 48% des déportés de ce convoi y laissèrent leur vie ou disparurent. Gaston Chabrol matricule 27878 y mourut le 20 mars 1945.
Gaston Chabrol a été homologué membre des Forces françaises de l’intérieur (FFI) à titre posthume.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article139245, notice CHABROL Gaston par Daniel Grason, version mise en ligne le 7 janvier 2012, dernière modification le 24 septembre 2019.

Par Daniel Grason

SOURCES : Arc. PPo. 77W 552. – Bureau Résistance GR 16 P 116241. – Livre-Mémorial, Fondation pour la Mémoire de la Déportation, Ed. Tirésias, 2004. – JO n° 269, 20 novembre 1987. – Site Internet GenWeb. – État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément