OSÉE Rose, épouse BOSSON. Pseudonymes : Yvonne, Mariette.

Par José Gotovitch

Beynat (département de la Corrèze, France), 24 mai 1911 – Bruxelles (pr. Brabant, arr. Bruxelles ; aujourd’hui Région de Bruxelles-Capitale), 13 octobre 2000. Tailleuse, résistante communiste, déportée, épouse de Pierre Bosson.

Épouse de Pierre Bosson, dirigeant communiste et député de l’arrondissement de Bruxelles, Rose Osée milite aux côtés de son mari. Durant l’occupation allemande, sous le pseudonyme de Mariette, elle est la courrière principale de Pierre Joye, alors rédacteur en chef du clandestin Le Drapeau Rouge. Elle assure notamment des liaisons avec le secrétaire général du Parti, Xavier Relecom, et la trésorière nationale qui a succédé à son mari, Yvonne Delcourt, ainsi qu’avec le dirigeant du Front de l’Indépendance, Fernand Demany.

Rose Osée est arrêtée le 16 mai 1943 chez ses parents à Quenast (aujourd’hui commune de Rebecq, pr. Brabant, arr. Nivelles) avec des journaux dont s’occupe également son frère, Auguste Osée (pseudonyme : Adolphe) qui périra en déportation. Elle est emprisonnée à Saint-Gilles (pr. Brabant, arr. Bruxelles ; aujourd’hui Région de Bruxelles-Capitale), puis au camp de Breendonk (commune de Willebroek, pr. Anvers-Antwerpen, arr. Malines-Mechelen) où elle est confrontée aux dirigeants arrêtés lors de la grande rafle de juillet 1943. Le tribunal de l’OFK l’envoie à Essen où elle est condamnée à cinq ans d’emprisonnement pour propagande communiste. Son parcours carcéral se poursuit par Kreuzburg (Allemagne), Gross-Strehlizt (Pologne), Jauer (Pologne) et enfin Gorlitz (Allemagne) où elle est libérée par les Soviétiques.

Rapatriée le 28 juin 1945, Rose Osée regagne Bruxelles (Uccle) en décembre 1945, épouse Félicien Collart en 1949 et semble avoir cessé toute activité militante. Sa reconnaissance comme prisonnière politique et résistante par la presse clandestine est introduite par l’organisation du Front de l’indépendance, rivale de l’officielle sous influence communiste.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article139260, notice OSÉE Rose, épouse BOSSON. Pseudonymes : Yvonne, Mariette. par José Gotovitch, version mise en ligne le 9 janvier 2012, dernière modification le 23 décembre 2019.

Par José Gotovitch

SOURCES : Archives générales du Royaume, Fonds SPF Sécurité sociale, Direction générale Victimes de la Guerre, Dossiers Prisonnière politique et Résistante par la presse clandestine – CArCoB, Dossier CCP « Yvonne » Bosson.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément