EINSILDT Udo alias KONOPLËFF

Par Daniel Grason

Né le 20 août 1897 à Yourief, Tartu (Estonie) ; membre du parti socialiste révolutionnaire ; agent du GPU ; communiste ; volontaire en Espagne républicaine.

Udo Einsild naquit dans une famille riche et bourgeoise d’Estonie, la famille habita Saint-Pétersbourg (Russie). Très jeune, il fugua de chez ses parents pour aller vivre chez son frère aîné. Elève dans une école technique, il adhéra au parti socialiste révolutionnaire à quatorze ans. Lors de la révolution de février 1917, il était dans les rues de Petrograd avec un groupe de choc des socialistes révolutionnaires (SR). Udo Einsild milita pour l’élection au suffrage universel de l’assemblée constituante, Victor Tchernov leader des SR en devint le président en janvier 1918. Présidence éphémère d’une journée, les bolcheviks chassant les députés élus et le président Tchernov.

Mobilisé, il combattit jusqu’à la fin de la guerre comme commandant d’une compagnie. Il suivit Tchernov dans son exode en Allemagne comme secrétaire et garde du corps. Selon ses déclarations en Espagne (non datées), il rompit avec les SR à Berlin, mais ne leur en fit pas part. « Pour me réhabiliter » écrivit-il « je suis parti à Paris pour trouver la possibilité de me lier avec des organisations soviétiques, pour détruire l’action criminelle du bureau central du Parti socialiste révolutionnaire ». Connaissant les points de passage aux frontières de la Finlande, Lettonie, Estonie et Pologne que les courriers des SR franchissaient pour entrer en Russie, il les signala à la Tcheka qui les arrêta. Il se serait rendu à Prague où Victor Tchernov l’aurait chargé d’organiser un attentat contre Staline.

Travaillant sous les ordres du GPU (Direction Politique d’État) créé en février 1922, Udo Einsild eut comme mission « de contrôler les agissements de certains éléments dans les représentations commerciales russes dans les différents pays d’Europe ». Paris était son lieu de résidence, son pseudonyme était Konoplëff, il adhéra au parti communiste de France en 1936, demeurait 10 rue Sadi Carnot à Montrouge (Seine, Hauts-de-Seine). Il s’occupait aussi de collecter des informations sur l’armement et la défense nationale. Il bénéficiait d’une « couverture » honorable organisait des expositions de peinture, était le correspondant de plusieurs musées en Europe et en Amérique.

Était-ce en raison de ses compétences au service des organes de sécurité qu’il fut envoyé en Espagne ? Il y arriva début octobre 1936, incorporé dans la XIIe Brigade internationale Garibaldi, bataillon André Marty, il fut élu sergent par les soldats. Il combattit à Madrid à la cité universitaire, devint adjoint du commandant de la 1ère compagnie, participa aux combats de Baodilla del Monte, Las Rozas, en décembre 1936. Il eut des soucis de santé, effectuant un travail supérieur à ses forces. Il eut droit à une permission pour la France en février 1938, là se perdit la trace d’Udo Einsildt.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article139311, notice EINSILDT Udo alias KONOPLËFF par Daniel Grason, version mise en ligne le 4 mars 2012, dernière modification le 15 janvier 2012.

Par Daniel Grason

SOURCES : RGASPI 545.6.1543, BDIC mfm 880/42 ; RGASPI 545.2.114, BDIC mfm 880/47.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément