BRONSIN Théophile.

Par Jean Puissant

Né dans la province de Liège, le 11 juillet 1814. Employé de chemin de fer, caissier, républicain, démocrate.

Émigré à Paris en 1836, Théophile Bronsin est, en 1848, employé au contrôle sur le chemin de fer d’Orléans (département du Loiret, France). Il est arrêté à la suite de l’insurrection de juin 1848 puis libéré en août. Devenu caissier chez un parfumeur, il est à nouveau inquiété en 1851 tant en raison des poursuites précédentes que de celles subies par son frère. Théophile Bronsin est, en 1848 et en 1849, en relation épistolaire avec Biguin, liégeois proche de Prosper Esselens*. Il reçoit Le Peuple et obtient d’un rédacteur du Peuple de Pierre-Joseph Proudhon l’échange avec son homonyme belge.

Dans une longue lettre du 26 mars 1849, saisie chez Esselens, Théophile Bronsin confirme les contacts avec Liège, notamment par l’intermédiaire d’un certain Édouard. Il écrit : « ... Il faut reconnaître que nous sommes encore les esclaves de la féodalité financière comme autrefois nos pères étaient les vassaux de la féodalité nobiliaire et cléricale. La glorieuse révolution de 1789 a secoué le joug de cette oppression et celle du 24 février 1848 a commencé par la conquête du suffrage universel, à s’affranchir du joug capitaliste, dernière formule de l’esclavage, plus terrible que toute autre. Car le détenteur du capital, les malthusiens, les juifs auraient fini au moyen de l’usure toujours progressive à accaparer la terre entière... »

Théophile Bronsin se prononce en faveur de la démocratie sociale, de l’instruction obligatoire, du progrès en général. Il cite Louis Blanc. Plus de trace de ce contact ne subsiste ultérieurement. Une correspondance de ce type, ici républicaine et démocratique, montre l’importance, rarement décelable, des relations entre la Belgique et la France, ici par l’intermédiaire d’un des nombreux émigrés belges à Paris qui encourage, influence le mouvement démocratique en Belgique.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article139470, notice BRONSIN Théophile. par Jean Puissant, version mise en ligne le 5 mars 2012, dernière modification le 9 janvier 2020.

Par Jean Puissant

SOURCES : MAITRON J. (dir.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Première partie : De la Révolution française à la fondation de la Première Internationale, t. I, Paris, 1964, p. 309 – WOUTERS H., Documenten betreffende de geschiedenis der arbeidersbeweging (1831-53), deel II, Leuven-Paris, 1963 (Cahiers du Centre interuniversitaire d’histoire contemporaine, 27).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément