LANCRY Roger

Par Olivia Sanson et Isabelle Antonutti

Né le 11 juin 1932 à Oran (Algérie) ; rotativiste ; syndicaliste CGT du Livre ; Secrétaire général de la Région Ile-de-France de la Fédération des Travailleurs des industries du Livre, du Papier et de la Communication ; Secrétaire général du Comité intersyndical de la presse, secrétaire du secteur presse du Syndicat général du livre ; Président d’honneur de la Mutuelle nationale de la presse du livre et de la communication ; Officier de la légion d’honneur ; Chevalier des palmes académiques ; Médaille Vermeille de la Ville de Paris ; Médaille de la Sécurité sociale

Roger Lancry
Roger Lancry

Né dans une famille juive oranaise qui possédait les boucheries Lancry, Roger Lancry arriva en France, à Marseille, en 1936, en raison de la ruine de son père, puis monta à Paris. Son père travailla comme charioteur-sangleur à l’imprimerie de « Paris-Soir ». "La guerre m’a appris que j’étais juif", écrit-il : il porta l’étoile jaune sans comprendre les insultes des enfants. Pour échapper aux rafles, sa mère l’abandonna à l’Assistance publique et il fut placé à La Roche-Guyon puis aux Enfants perdus place Denfert-Rochereau. Il vécut de petits larcins.
Roger Lancry suivit à partir de 1946 un apprentissage en lithographie et typographie à la Société centrale d’impression parisienne où travaillait déjà son frère Marcel. Il prit aussitôt sa carte au Syndicat général du livre CGT (matricule 260). En 1952, il fit son service militaire au 123GETRG à Fontainebleau où il devint Sous-Officier. En 1954 il devint rotativiste au « Parisien libéré », puis au « Figaro » et à « « France-Soir » » où il fut délégué du personnel. Il a participé à toutes les actions militantes du labeur ( Larousse, Desfossé Néogravure, Hélio Corbeil, Chaix, Lang, Paul Dupont, Imprimerie Victor Michel de Lieusaint, Imprimerie Cino Del Duca, Jean Didier…) et dans la presse ( « France Soir », « France Dimanche », « Le Parisien Libéré »,« Le Figaro »,« L’Aurore », NMPP, Transport Presse, Presse routage, Miller, …).

En 1958, il fut élu au bureau du Syndicat général du Livre et appartint au secrétariat du Comité intersyndical du Livre Parisien. Il fut membre du Comité exécutif de la Fédération du livre, du papier et de la communication. En 1965, Il fut membre fondateur de la CAPSAG, une complémentaire d’indemnité maladie et il devint vice-président de cette caisse Presse de salaire garanti. En 1965, Il fut membre fondateur du FAFOP. En 1965, il était vice-président de l’Entente sportive de la presse parisienne. En 1968, il était trésorier de la Mutuelle nationale de la presse, du livre et des industries connexes (MNPL). En 1968, il était membre du Comité technique de la Sécurité sociale. Il devint également membre du Conseil Supérieur des NMPP. En 1976 et 1977, il fut un des principaux négociateurs des textes signés par le Syndicat de la Presse Parisienne et la direction du Parisien libéré. Il fut signataire de tous les accords en Presse parisienne (conventions, annexes) entre 1985 et 1990. En 1985, Il fut administrateur d’Hélio Europe Impression, une société à participation ouvrière créée lors de la faillite de l’imprimerie Del Duca. À la création de la FILPAC qui succéda à la FFTL en 1984, il siégea au comité exécutif. De 1987 à 1990, il fut Secrétaire général de la Région Ile-de-France de la Fédération des Travailleurs des industries du Livre, du Papier et de la Communication – Filpac-CGT. En 1988, il fut administrateur de l’IPSN, autre imprimerie à participation ouvrière et trésorier du fonds de formation pour la presse. Lorsque Roger Bureau quitta les fonctions de secrétaire général du Comité intersyndical du livre et de la presse (CILP) en 1980, Roger Lancry lui succéda et resta à ce poste jusqu’en 1990. À ce titre, il fut signataire de tous les accords liant le Comité intersyndical au Syndicat patronal de la Presse Parisienne.
A la retraite en 1992, il entreprit une seconde carrière. De 1993 à 2010, il fut gérant fondateur de plusieurs société dans le domaine de la communication et de la presse. Il fut gérant fondateur d’EREL communication, une société spécialisée dans la gestion technique de dossiers, ainsi il fut médiateur pour le magazine « Marie Claire » et pour le groupe VSD, afin de préserver les personnels du licenciement. La société Erel Editions, publiait plusieurs journaux fédéraux sportifs. Il fut gérant fondateur des éditions du Chaland qui publiait des journaux à vocation sociale et mutualiste. Il fut gérant fondateur de Conseil graphique européen, société de consultant qui intervient dans plusieurs journaux marocains comme « Aujourd’hui le Maroc ». Il participa à la mise en place du jumelage de la confrérie des Compagnons de Gutenberg entre la France et le Maroc.
Il fit partie de nombreuses institutions sociales et mutualistes de la presse. De 1976 à 1992,il fut Président de la Mutuelle nationale de la presse, du livre et de la communication. En 1983, il fut Président du Comité national mutualiste handicapés, parents et amis. Il a été Administrateur de la Matmut, Administrateur de la Fédération nationale de la mutualité des travailleurs, Administrateur de l’Union des mutuelles des travailleurs de la région parisienne, Administrateur de « La Vie mutualiste ».
Il fut un combattant pour la paix. Il milita pour la paix au Viet Nam et en Algérie et fut menacé de mort par l’OAS. Il manifesta contre le régime franquiste en Espagne, contre Salazar au Portugal, contre l’Apartheid en Afrique du Sud et pour la libération de Nelson Mandela. Il fut membre du Comité de la paix pour la presse, membre de Téléliberté. Il était libre de toute attache politique, son seul engagement était à la CGT à laquelle il adhéra en juillet 1946 avec pour objectif de fédérer sur des principes anarcho-syndicalistes les valeurs professionnelles du travail bien fait, du bel ouvrage, dans le respect des maitres imprimeurs, éditeurs et patrons de presse et des compagnons ouvriers des métiers graphiques de la presse et du labeur. Dans son livre « La Saga de la presse », il se présentait comme un entraîneur d’hommes, capable d’indépendance dans la CGT. Il était un véritable autodidacte ce qui ne l’empêcha pas de poursuivre des études en économie politique et en philosophie. Il apprit diverses langues comme l’espagnol, l’arabe et le russe. Il se passionna aussi pour la musique, pratiquant le saxo ténor, la clarinette, la flûte, la basse et le piano. Il obtint un premier prix à la Coupe de France des variétés aux Bouffes du Nord avec ses deux frères. Il pratiqua aussi la sculpture, la peinture et s’adonna à plusieurs sports comme la boxe, la natation, le judo et la marche. Roger Lancry a été marié à Christiane Dumesnil, ils ont eu un fils. Il obtint plusieurs décorations et médailles comme la Légion d’honneur. Il continua à s’intéresser aux vicissitudes de la presse et n’hésita pas quand il le pouvait à continuer à intercéder dans les polémiques et combats pour sauver des entreprises de presse.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article139604, notice LANCRY Roger par Olivia Sanson et Isabelle Antonutti, version mise en ligne le 5 février 2020, dernière modification le 10 février 2022.

Par Olivia Sanson et Isabelle Antonutti

Roger Lancry
Roger Lancry

ŒUVRE : La Saga de la presse, d’Émilien Amaury à Robert Hersant, Lieu Commun, 1993, 299 p.

SOURCES  : Olivia Sanson, Le conflit du Parisien libéré un tournant décisif dans la modernisation des imprimeries de la presse parisienne ? d’un conflit d’entreprise à un enjeu professionnel majeur les ouvriers du livre face aux évolutions techniques du début des années 1970 au début des années 1990 , Master 2, Paris I, 2011. —
Michel Dreyfus Lancry, Roger, Société générale de Presse, 2003. —
Roger Lancry Renseignements fourni par questionnaire

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable