LYON Guy
, Émile, Clovis

Par Groupe de recherche sur l’éducation populaire

Né le 19 décembre 1921 à Hesdin (Pas-de-Calais), mort le 18 août 2010 à La Châtaigneraie (Vendée) ; instituteur dans le Pas-de-Calais ; secrétaire général adjoint de la Fédération nationale des foyers ruraux.


Arrière-petit-fils et petit-fils d’ouvriers agricoles, parents de condition modeste (père ajusteur) ayant voulu faire de leur fils « un homme debout », expression chère à l’intéressé, Guy Lyon entra à l’École normale d’instituteurs d’Arras (Pas-de-Calais) en 1938.
 Instituteur révoqué par Vichy en 1942, réfractaire au STO, résistant, emprisonné puis évadé, engagé volontaire à la Libération, il combattit en Italie et en Indochine.

Lyon se maria le 24 mars 1948 à Fruges (Pas-de-Calais), avec une institutrice. Veuf, il se remaria dans la même commune le 5 septembre 1956 avec une commerçante.

Nommé instituteur en 1949, à Ruisseauville, petit village de 160 habitants du Haut-Pays d’Artois, pionnier des méthodes modernes d’enseignement, il voulut donner à ses élèves une réelle égalité des chances.
 Mobilisant toute la population du village autour de l’école, développant les œuvres péri et post-scolaires, il créa une association d’éducation populaire d’abord affiliée à la Fédération des œuvres laïques du Pas-de-Calais, qui se transforma en foyer rural.
 Sans aide officielle, ni subvention, avec les bras de tout un village, il construisit une salle, avec bibliothèque, scène, coins d’activités et terrain de basket-ball. Il organisa et anima un circuit de cinéma inter-villages. 
Entraînant toute une population, il sut réaliser une véritable démocratie de participation dans sa classe unique, dans son association, dans le village. Les aînés mais aussi les jeunes évoquaient cette « Maison du peuple » ouverte à tous et en tout temps.


Il fonda la Fédération départementale des foyers ruraux, puis l’Union régionale du Nord-Pas-de-Calais ; il s’imposa au Conseil national d’administration. Il fut élu secrétaire général adjoint de la Fédération nationale. 
Il forma plusieurs générations d’animateurs et de responsables qui continuèrent à donner la meilleure image possible de ce mouvement d’éducation populaire.


Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article139642, notice LYON Guy , Émile, Clovis par Groupe de recherche sur l’éducation populaire, version mise en ligne le 16 septembre 2014, dernière modification le 16 septembre 2014.

Par Groupe de recherche sur l’éducation populaire

SOURCES : Les Foyers Ruraux : cinquante ans d’éducation populaire pour le développement rural, FNFR. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément