PEISSACK Haïva (Henriette)

Par Claude Pennetier

Née en 11910 à Beltsy (Bessarabie)  ; ingénieur chimiste  ; militante communiste en Belgique, en France puis en URSS.

Née dans une famille juive de « petits-bourgeois », Haïva Peissack étudia au lycée jusqu’en 1928. Elle vint en Belgique, à Liège, pour prolonger sa formation. C’est là qu’elle demanda et obtint adhésion au Parti communiste.

Expulsée de Belgique en décembre 1930 pour activité révolutionnaire, elle partit à Toulouse et étudia à l’Institut de chimie. Elle milita alors aux JC, au PC et dans les organisations de masse. Contrainte de quitter Toulouse, elle gagna Cannes tout en continuant les études et le militantisme. Secrétaire de l’Union des étudiants révolutionnaire dit-elle (elle veut sans doute dire l’Union fédérale des étudiants), les JC la désignèrent à leur comité national.

En 1933, Haïva Peissack rejoignit Paris, appartint à la cellule 232 et s’investit dans les organisations de masse juives et à la rédaction d’un journal juif communiste

Le 5 février, elle partit en URSS, à Léningrad, pour rejoindre son mari, émigré politique, et demanda son transfert au PCUS. Elle se réclamait de Chpara (secrétaire de la section juive), Chaplain (secrétaire de la CGTU à Cannes) et Ginestet (secrétaire du comité régional de Toulouse).

En octobre 1936, elle demanda au service des cadres du Komintern (Lebedeva) de « partir pour un pays capitaliste ». Le Parti communiste français répondit à une demande de renseignements de l’IC  : « Juive bessarabienne […] elle était appréciée comme un camarade dévouée. Nous l’avons recommandée… ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article139653, notice PEISSACK Haïva (Henriette) par Claude Pennetier, version mise en ligne le 4 mars 2012, dernière modification le 13 février 2012.

Par Claude Pennetier

SOURCE  : RGASPI, 495 270 6806, documents en russe traduits par Macha Tournié.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément