BONNARD Maurice

Par René Lemarquis

Né le 11 mai 1888 à Illiers (Eure-et-Loir), mort le 11 mai 1956 au Kremlin-Bicêtre ; ajusteur mécanicien ; militant syndicaliste à la Fédération unitaire des Métaux et communiste dans la Région Parisienne.

Maurice Bonnard était le fils d’un employé aux Chemins de fer de l’État. Après l’école primaire il fit, à treize ans, son apprentissage d’ajusteur mécanicien, métier qu’il n’abandonna pas. Il se maria à Paris en janvier 1911 avec Jeanne Klein.

Durant son service militaire il fut canonnier de 2e classe. Pendant la guerre étant à Bourges en 1918 il fut en prévention de Conseil de guerre pour s’être élevé contre la guerre, il fut relâché ainsi que cinq autres camarades.

Il épousa à Aulnay-sous-Bois en juin 1933, Hélène Stéphanie Robillard, sans profession.

Maurice Bonnard qui s’était syndiqué en 1917 à Bourges participa à une grève pour la journée de 8 h à Orléans en 1919. Un Bonnard était en octobre 1919 Secrétaire de la section d’Orléans de l’Union Confédérale des locataires. À la même date un Bonnard était membre de la CE de l’UDCGT. S’agit-il de Maurice Bonnard ? En 1920 il participe à des mouvements de grève à Tours puis à Blois. À partir de 1920 il vint dans la Région Parisienne. De 1920 à 1932 il habitait à Aulnay où il fut secrétaire du Comité d’action contre la guerre du Maroc : il fut alors le 12 octobre 1925 arrêté et incarcéré à Pontoise. Il adhéra le 1er novembre 1925 au PC à la cellule Rateau de la Courneuve. Avant 1932 il dirigea des rayons et sous-rayons ainsi que divers comités (Comité des inondés, des usagers, Maison du Peuple...) Il fut également conseiller municipal d’Aulnay pendant six mois. Il travailla ensuite dans quelques petites entreprises de Paris et de la Courneuve puis il s’établit dans la région de Juvisy où il fut membre du Comité du 22e Rayon puis du secrétariat du rayon de Longjumeau où il fut administrateur du journal communiste Travail.

Habitant à Athis-Mons (Seine et Oise), il déclarait avoir eu à Aulnay une histoire d’argent solutionnée avant son départ en avril 1932. Mais elle avait rebondi en juin 1933 et il s’expliqua devant la commission de contrôle de la Région Sud le 24 janvier 1934. Il attendait au moment de son autobiographie le résultat de l’enquête. On lui avait alors retiré toute fonction responsable dans le Parti.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article139782, notice BONNARD Maurice par René Lemarquis, version mise en ligne le 2 mars 2012, dernière modification le 16 novembre 2021.

Par René Lemarquis

SOURCES : RGASPI : 495 270 5298. — DBMOF. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément