MACHIN Emile [MACHIN Vincent, Émile]

Par Jacques Girault

Né le 14 avril 1902 à Entraigues (Vaucluse), mort le 25 septembre 1983 à Toulon (Var) ; instituteur ; militant syndicaliste dans le Var.

Fils d’un maçon, victime de la Première Guerre mondiale, Émile Machin, pupille de la Nation, entra à l’École normale d’instituteurs d’Avignon (Vaucluse) en 1921. Il effectua son service militaire dans un régiment d’infanterie en Corse. Il exerça comme instituteur dans diverses communes du Vaucluse (La Tour d’Aigues, 1924-1929, Mérindol, 1930-1934, Cavaillon, 1934-1935). Il obtint alors son exeat pour le Var. Il s’y était marié en septembre 1929 à Mazaugues avec une institutrice et ne fit pas donner de sacrements religieux à son fils. Il exerça à Sanary (1935-1940) puis, après sa mobilisation en 1939-1940 sur la frontière italienne, fut nommé instituteur à l’école de garçons des Trois-Quartiers de Toulon (1940-1947).

Machin était, à la Libération, membre du conseil et du bureau syndical de la section départementale du Syndicat national des instituteurs. Il présenta avant le congrès du syndicat en juillet 1946, un rapport sur la nationalisation de l’enseignement. Devenu instituteur au collège technique Rouvière où il prit sa retraite en 1959, il était sympathisant socialiste SFIO.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article139965, notice MACHIN Emile [MACHIN Vincent, Émile] par Jacques Girault, version mise en ligne le 20 mars 2012, dernière modification le 30 avril 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Presse syndicale. — Sources orales. — Renseignements fournis par sa belle-fille.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément