MARTIN Jean-Philippe

Par Louis Botella, Marianne Enckell

Mort en décembre 1989 ; ouvrier pâtissier ; puis syndicaliste Force ouvrière (FO) du Bâtiment de la région parisienne ; militant anarchiste.

D’abord ouvrier pâtissier, Jean-Philippe Martin fut, à partir de la fin des années 1950 très probablement, le secrétaire du Comité régional parisien de la Fédération générale FO du Bâtiment, des Travaux publics, du Bois, de la Céramique et Matériaux de construction au moins jusqu’au milieu des années 1960. Il siégea alors au bureau de cette fédération générale.

Jean-Philippe Martin figura parmi les 258 signataires d’un manifeste connu sous le nom du Manifeste des 121, manifeste sous-titré "Déclaration sur le droit à l’insoumission dans la guerre d’Algérie". Ce manifeste fut publié le 6 septembre 1960, au lendemain de l’ouverture du procès devant le tribunal militaire du réseau Jeanson (accusé d’avoir aidé le FLN algérien). Parmi les deux autres signataire appartenant à FO, il y eut Maurice Joyeux et Georges Rino.

En avril 1964, il fut signalé comme étant membre du bureau de l’Union départementale FO de la région parisienne. En décembre 1981, il occupait toujours cette fonction.

Il représenta également son organisation au sein des conseils d’administration de la Caisse régionale d’assurance maladie de Paris et de la Caisse primaire centrale d’assurance maladie de la région parisienne.

Il collabora au Monde libertaire où il donna de nombreux articles.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article139983, notice MARTIN Jean-Philippe par Louis Botella, Marianne Enckell, version mise en ligne le 22 juin 2017, dernière modification le 11 août 2019.

Par Louis Botella, Marianne Enckell

SOURCES : Comptes rendus des congrès confédéraux FO de 1959 à 1963. — Force Ouvrière, hebdomadaire de la CGT-FO, 30 novembre 1960, 25 avril 1962, 22 avril 1964, 2 décembre 1981. — Les Cahiers, du Centre d’histoire sociale de l’Union régionale FO de la région parisienne (Notes complémentaires de Gérard Da Silva à l’autobiographie de Georges Rino et entretiens de Georges Rino avec Marc Blondel). — Nécrologie par Maurice Joyeux, dans le Monde Libertaire, 21 décembre 1989.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément