GROSSO René

Par F. Chevaldonné, C. Mesliand, Henriette Moissonnier

Né le 17 octobre 1926 à Tanger (Maroc), mort le 28 juin 2011 à Avignon (Vaucluse) ; instituteur puis professeur ; militant communiste, militant syndical (SNI, SNES, SNESup) militant associatif et pédagogique Freinet.

René Grosso
René Grosso
A gauche de la photo à un stage Freinet en 1968 à Nus (Val d’Aoste), au centre Raoul Faure, à droite Emile Thomas.

Le père de René Grosso était un ouvrier italien du bâtiment, immigré en 1920, qui, après avoir travaillé sur de nombreux chantiers de travaux publics dans l’Isère, la Moselle, le Jura, le Bas-Rhin, le Calvados, la Haute-Savoie et Tanger au Maroc, s’installa en 1931 à Vaulx-en-Velin (Rhône). Sa mère était ouvrière dans le textile. René Grosso passa toute sa jeunesse à Vaulx-en-Velin. Après l’école normale, il fut instituteur, d’abord à Lyon (1946), puis effectua son service militaire au 3e Régiment de tirailleurs algériens à Constantine. Il fut nommé à Bollène-Cité 4 en 1949, dans le nord du Vaucluse, où il épousa Pierrette Besson. Un poste passionnant pour lui, au contact des bâtisseurs du canal de Donzère-Mondragon et de l’usine hydro-électrique de Bollène, le premier des grands chantiers de l’après-guerre. Il vivait dans une cité ouvrière, la fameuse cité 4, où naquit son fils Hervé (1950), et fut témoin des violents affrontements entre les ouvriers du chantier géant et les CRS. Mais aussi un poste difficile, dans ces débuts de la guerre froide, auprès d’un maire dont les méthodes de gestion posaient problème à la droiture du jeune instituteur. Les responsables de la fédération PCF, après avoir fait la sourde oreille, finirent par exclure le maire, mais après le départ de René Grosso.

Son séjour à Séguret (de 1953 à 1963) fut plus calme, et dominé par la recherche pédagogique, en duo avec Pierrette : René Grosso fut un des pionniers de l’école Freinet dans le département. Ce fut aussi l’époque où il s’investit dans l’archéologie : il obtint le certificat d’Archéologie préhistorique à Toulouse en 1960 (mention TB). En même temps il passa le CELG (propédeutique), entra à l’ IPES (Institut préparatoire aux enseignements de second degré) pour y préparer la licence et le CAPES, et devint (1964) professeur certifié d’histoire-géographie. Cette année là, le couple s’installa à Avignon, où Pierrette prit la direction d’une école maternelle. René, nommé au collège de Bagnols-sur-Cèze en 1966, y enseigna, tout en préparant l’agrégation de géographie, dont il fut lauréat en 1967. Il fut nommé au lycée technique d’Avignon et chargé de cours, puis assistant au Collège littéraire universitaire d’Avignon (1967) qui devint université en 1971. Il devint maître-assistant en 1978, et c’est là qu’il termina sa carrière, en 1990.

Son engagement syndical (SNI, SNES, SNESup) et politique (PCF) se prolongeait logiquement au niveau de la vie associative par de nombreuses conférences et visites guidées (Fonseca, Femmes solidaires). René Grosso fut l’une des chevilles ouvrières de l’Institut CGT d’Histoire sociale du Vaucluse, et notamment du bulletin qu’éditait cet institut. Il dirigea l’équipe de l’Histoire du Vaucluse (terminée en 1993), fut pendant des années le correspondant du DBMOF pour son département, et y rédigea un grand nombre de notices biographiques.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article139991, notice GROSSO René par F. Chevaldonné, C. Mesliand, Henriette Moissonnier, version mise en ligne le 22 mars 2012, dernière modification le 17 septembre 2020.

Par F. Chevaldonné, C. Mesliand, Henriette Moissonnier

René Grosso
René Grosso
A gauche de la photo à un stage Freinet en 1968 à Nus (Val d’Aoste), au centre Raoul Faure, à droite Emile Thomas.

ŒUVRE : Histoire de la Fédération des oeuvres laïques de Vaucluse, Avignon, FOL, 1981. — (dir.) Histoire de Vaucluse, avec R. Moulinas, A. Maureau, A. Simon ; Avignon, Barthélémy, 1993. — Histoire d’Avignon, Edisud, 1979 (collectif). — (avec C. Grossand), Le Vaucluse autrefois, Lyon, Horvath, 1994. — En Vaucluse notre école au bon vieux temps, 1996. — Paysans de Provence, Lyon, Horvath, 1993. — (sous la direction de), La Camargue, protection et développement d’un delta, Marseille, CRDP, 1995. — (sous la direction de), La Basse Provence, A la recherche d’une identité nouvelle, Marseille, CRDP, 1997. —Participation au MAITRON, Éditions de l’Atelier, Paris.

SOURCES : Documentation personnelle de l’intéressé. — Informations de ses amis et collègues et de sa famille.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément