MAGNÉ Georges

Par Jacques Girault

Né le 5 juillet 1930 à Carmaux (Tarn) ; instituteur dans le Tarn ; militant syndicaliste du SNI et mutualiste ; militant communiste, adjoint au maire de Salles.

Georges Magné avec Lucienne Magné en septembre 1971
Georges Magné avec Lucienne Magné en septembre 1971

Fils d’un ajusteur aux mines de charbon de Carmaux, Georges Magné ne reçut aucun sacrement religieux. Élève du cours complémentaire Victor Hugo, il entra à l’École normale d’instituteurs de Toulouse (Haute-Garonne) en 1946, le Tarn n’ayant pas d’école normale de garçons. Instituteur en 1950 en classe unique dans un hameau (Margnès de Brassac) de Lassouts, il commença son service militaire à Oran (Algérie) dans un régiment de tirailleurs algériens. Élève-officier de réserve à Cherchell, il termina son temps en 1952 comme sous-lieutenant. Il se maria en avril 1952 à Carmaux avec une institutrice avec Lucienne Opin. Le couple eut deux enfants.

Georges Magné enseigna par la suite, avec son épouse, dans des postes doubles à la maison d’enfants de Saint-Amancet (1952-1956), à Vaour (1956-1958), à Salles (1958-1968) et à Monestiès, de 1968 à sa retraite en 1985.

Membre du Syndicat national des instituteurs depuis 1952, il fut élu au conseil syndical de la section départementale sur la liste « cégétiste » puis « Unité et Action » et au conseil d’administration de la section départementale de la Mutuelle générale de l’Éducation nationale.

Georges Magné adhéra au Parti communiste français en 1961 à Salles. Membre du comité de la section communiste de Carmaux puis, plus tard de Monestiès-Coardes, il entra à la commission fédérale de contrôle financier en 1962. La conférence fédérale de 1966 ne le réélut pas en raison de ses tâches syndicales. Il participa au stage central organisé par le PCF pour les instituteurs communistes (22 août-7 septembre 1963). Il cessa d’appartenir au PCF en septembre 1980 et continua à voter communiste.

Candidat non élu aux élections municipales de Salles en 1965, il élu en 1971 et en 1977, et devint premier adjoint. Il fut candidat communiste au Conseil général dans le canton de Monestiès en 1964, 1970 et 1976, cette année-là seul opposant au conseiller sortant socialiste.

Les époux Magné participaient aux activités de la section « Nature et découverte » de la Maison pour tous d’Albi. Ils animaient les fêtes locales occitanes de Salles et dans d’autres communes.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article140231, notice MAGNÉ Georges par Jacques Girault, version mise en ligne le 4 avril 2012, dernière modification le 30 avril 2021.

Par Jacques Girault

Georges Magné avec Lucienne Magné en septembre 1971
Georges Magné avec Lucienne Magné en septembre 1971
Photographie lors d'un congrès du SNI
Photographie lors d’un congrès du SNI
au deuxième rang derrière Roger Almon.

SOURCES : Archives du comité national du PCF. — Renseignements fournis par l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément