ROUX Francis, Gustave

Par René Grosso, Marie-Christine Roux-Pacros

Né le 15 octobre 1922 à Brignon (Gard), mort le 3 avril 2005 à Avignon (Vaucluse) ; professeur agrégé d’histoire au lycée Mistral d’Avignon, chargé de cours à l’Université ; réfractaire au STO, résistant ; historien.

Francis Roux était l’aîné de quatre enfants, dans un milieu de viticulteurs dont il est resté très proche toute sa vie. Après des études secondaires au collège d’Uzès, il passa le baccalauréat philo en 1941 et suivit une année d’hypokhâgne à Montpellier. Il dut interrompre ses études, car il fut affecté à la firme Bayer à Nîmes comme interprète d’allemand. Il abandonna son poste et participa à la Résistance avec le groupe de Boucoiran. Il fut notamment chargé, avec quatre autres jeunes, de faire sauter une ligne téléphonique allemande. Anecdote significative de l’époque, avec son mélange de tragique et de bonne humeur : arrivés à bicyclette près d’un mas isolé avec leurs outils et leurs pains de dynamite, les jeunes gens trouvèrent devant la ferme une vieille femme, gentille mais méfiante devant ces inconnus : elle les suivit dans tous leurs mouvements, si bien que la déflagration lui fit faire « un tel bond en arrière qu’elle se retrouva les quatre fers en l’air, donnant à voir [à ces jeunes gens] une magnifique culotte pleine de dentelles, comme les dames n’en portaient plus ».

Il reprit ses études à la Libération, obtint une licence et un diplôme d’études supérieures d’Histoire avec un mémoire sur Michel Brissonnet, évêque de Nîmes au XVIe siècle (1948).

En 1948 également, il épousa Lucette Gosse, institutrice à Alès, qui cessa d’enseigner, afin d’élever leurs trois enfants. Il obtint le CAEC, puis le CAPES, enfin l’agrégation. Il enseigna au Collège d’enseignement technique d’Alès, aux lycées de Béziers, puis Rodez, et enfin au lycée Mistral d’Avignon (1959) où il effectua le reste de sa carrière, qu’il termina comme professeur agrégé hors classe en 1985. Passionné par l’Histoire, dont il suivait attentivement les nouvelles orientations, il délivrait un enseignement de qualité qui l’avait désigné comme conseiller pédagogique et animateur de classes modèles.

Il assura également des cours d’Histoire contemporaine au Collège universitaire d’Avignon, puis à la Faculté des lettres, entre 1968 et 1979, et participa à la rédaction d’une Histoire d’Avignon (1979 ). Mais, hors de l’enseignement, son œuvre majeure fut sa collaboration entre 1974 et 1980 au DBMOF, pour lequel il établit plus de 200 notices, parfois très fournies. Toutes portent sur le seul Vaucluse ; elles traduisent une grande connaissance de l’histoire sociale de ce département et constituent une documentation hors pair sur le sujet.

Chevalier puis Officier des palmes académiques, il voulut rester fidèle à cette pensée de Marc Bloch qu’il considérait comme son maître : « Nous ne comprenons jamais assez…l’Histoire est une longue rencontre des hommes ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article140255, notice ROUX Francis, Gustave par René Grosso, Marie-Christine Roux-Pacros, version mise en ligne le 5 avril 2012, dernière modification le 5 avril 2012.

Par René Grosso, Marie-Christine Roux-Pacros

SOURCES : Art. in Midi Libre, 19 mai 2009. — Informations de Marie-Christine Roux-Pacros, fille de l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément