MAS Yvonne, Antoinette, Anna

Par René Grosso

Née le 17 septembre 1936 à Lyon (Rhône) ; ouvrière cartonnière ; militante et responsable syndicale, secrétaire de l’UD-CGT du Vaucluse.

Yvonne Mas naquit à Lyon (IIIe arr.), d’une famille habitant Givors. Le père était électricien chez Fives-Lille, la mère était brodeuse. Après le décès de celle-ci (1939) le père se remaria, et s’installa au Péage-de-Roussillon (Isère), salarié chez Rhône-Poulenc. Après son certificat d’études, elle fut placée chez les sœurs à Fourvières, où elle apprit à coudre et à broder, au profit de l’institution.

Mariée le 14 février 1955 à Salaise-sur-Sanne (Isère) avec Guy Chartiot, remarié le 31 janvier 1959 à Jonquière (Vaucluse) avec Maurice, Georges Reynaud, elle travailla chez un boulanger (comme bonne), chez un expéditeur de fruits, dans une biscuiterie où elle participa à sa première grève, puis dans une filature. En 1964, elle s’installa à Valréas (Vaucluse), où elle travailla (1965) comme empaqueteuse de boîtes pliables pour laboratoires pharmaceutiques. Elle adhéra au petit syndicat CGT de l’entreprise, non sans heurts avec le responsable syndical en place ; c’est contre l’avis de celui-ci qu’elle déclencha la première grève des « pliantes », une dizaine d’ouvrières. Elle devint secrétaire du syndicat, puis prit des responsabilités à Union locale CGT de Valréas, ainsi qu’au comité régional de la Fédération du Papier-carton. Elle participa au mouvement de 1968, adhéra au Parti communiste la même année, et en 1969 elle impulsa un mouvement revendicatif dans les cartonnages de Valréas. Souvent absente en raison de ses activités syndicales, elle fut affectée par sa direction aux « poubelles » (récupération des boîtes en état convenable parmi les déchets de sortie de chaîne), avec diminution de salaire.

Élue en 1974 secrétaire de l’UD-CGT du Vaucluse, elle fut en 1976 inculpée de violation de domicile pour avoir occupé les locaux du patronat vauclusien : elle était venue, à la tête d’une délégation, demander l’ouverture immédiate de négociations alors que trois entreprises étaient en grève depuis plusieurs semaines et que les patrons se dérobaient. Une autre de ses charges fut de suivre les grands travaux entrepris à l’époque pour l’aménagement du Rhône, où sa qualité de femme surprit parfois. Après sa retraite (1996), elle participa à la formation des conseillers prud’hommes jusqu’en 2002, et fut elle-même conseillère prud’homale jusqu’en 2009.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article140258, notice MAS Yvonne, Antoinette, Anna par René Grosso, version mise en ligne le 5 avril 2012, dernière modification le 28 avril 2013.

Par René Grosso

SOURCES : Entretiens avec l’intéressée. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément