ARCHAMBAULT André, Louis, Robert

Par Louis Botella

Né le 7 octobre 1909 à Tours (Indre-et-Loire), mort le 28 novembre 1976 ; ouvrier sur bois, compositeur de musique enfin ouvrier métallurgiste ; secrétaire général de l’Union départementale FO d’Indre-et-Loire (mai 1965-octobre 1974).

André Archambault était le fils d’Arsène Archambault, meunier, et de Louise Bredif, sans profession.

Après avoir exercé plusieurs métiers, il fut ouvrier au sein de l’entreprise métallurgique Cadoux, à Saint-Pierre-des-Corps (Indre-et-Loire) et le responsable du syndicat FO de cette entreprise. Le 1er janvier 1983, le personnel de l’usine fut intégré à la SNCF après de longues et intenses luttes.
Succédant à Augustin Tesson en mai 1963, André Archambault devint le secrétaire général de l’Union départementale Force Ouvrière qui transforma, la veille, son nom d’Union départementale syndicaliste confédérée en Union départementale FO.
Il donna une certaine stabilité à son organisation en restant en fonction jusqu’au 25 octobre 1974. Il fut alors remplacé par Bernard Plantureux, de la métallurgie. Ce dernier assumera pendant 26 ans cette fonction.

Il fut terrassé par une crise cardiaque, fin novembre ou au tout début de décembre 1976, en plein conseil de prud’hommes de Tours.

Il se maria le 17 avril 1937 à Tours avec Jeanne Rousseau.

Il ne semble pas qu’il ait un lien de parenté avec les frères Jean Archambault et Jacques Archambault, tous deux cheminots et militants FO dans le même département.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article140282, notice ARCHAMBAULT André, Louis, Robert par Louis Botella, version mise en ligne le 20 mai 2012, dernière modification le 5 juillet 2012.

Par Louis Botella

SOURCES : Arch. de la com. de Tours. — Comptes rendus des congrès confédéraux de FO de 1966 et de 1969. — Force Ouvrière, hebdomadaire de la CGT-FO, 15 mai 1963, FO Hebdo, 8 décembre 1976. — Notes d’Alain Guichon. — Etat civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément