GODARD Jean, Louis, Pierre (MARCEAU dans la Résistance)

Par Louis Botella

Né le 22 mai 1914 à La Châtre (Indre), mort le 9 janvier 2013 ; chaudronnier ; syndicaliste CGT puis Force ouvrière (FO) ; secrétaire général de l’Union départementale FO de l’Allier (1948-1954) ; militant socialiste ; adjoint au maire de Montluçon ; résistant.

Jean Godard était le fils de Pierre Godard, vigneron, et de Juliette Aupressé, couturière. Epris de liberté, il s’engagea pendant la Résistance dans un groupe de FFI (Force Française de l’Intérieur) sous le nom de Marceau.

Chaudronnier à la SAGEM (construction métallurgique) à Montluçon, il fut le premier secrétaire général de l’Union départementale FO de l’Allier puis également de l’Union locale FO de Montluçon dont les statuts furent déposés en mairie de Montluçon, respectivement les 10 et 11 février 1948.

Au début de 1954, Jean Godard fit face à une contestation interne qui l’obligea à démissionner de ses fonctions lors d’une réunion, le 9 février 1954, de la commission administrative de l’UD. Cette contestation provint essentiellement d’une partie de l’UL de Montluçon ; celles de Moulins et de Vichy ne voulant pas prendre part au différent. Finalement sur proposition de Robert Berthault, également ouvrier métallurgiste et alors secrétaire général de l’Union locale de Montluçon, Jean Godard revint sur sa décision et conserva son mandat jusqu’à la tenue du congrès administratif en octobre de la même année.

Lors du congrès de l’UD, en mai 1955, Robert Berthault et Jean Godard furent signalés comme étant, respectivement, secrétaire général et secrétaire général adjoint de cette UD.
Jean Godard continua à assumer son mandat jusqu’à la fin des années 50.

En février 1968, il fut désigné comme administrateur, au titre de FO, de l’URSSAF (organisme de recouvrement des cotisations sociales) de l’Allier. Il siégea aussi à la Caisse d’Allocation Familiale (CAF Allier) ainsi qu’à l’IGIRCA (Institution de Retraite Complémentaire Régionale (UNIRS-ARRCO).

Au plan politique, Jean Godard milita activement au sein de la SFIO. En mars 1953, il fut élu conseiller municipal de Montluçon, au sein de la liste dirigée par André Southon et intitulée "Union républicaine et socialiste et de défense des intérêts montluçonnais". Jean Godard obtint alors 8748 voix et figura à la 12ème place parmi les 14 élus de la liste. Un autre syndicaliste FO, le cheminot Marcel Desrouffet fut également élu mais à la dernière place.

Jean Godard fut signalé, en 1959, comme étant 5ème ou 6ème adjoint au maire socialiste de Montluçon, Jean Nègre.

Il se maria le 8 juillet 1939 à Sainte-Sévère-sur-Indre (Indre) avec Germaine Ménard puis se remaria le 15 avril 1956 à Montluçon avec Marie Brunet.

Lors de son décès, il était toujours syndiqué à FO.

.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article140321, notice GODARD Jean, Louis, Pierre (MARCEAU dans la Résistance) par Louis Botella, version mise en ligne le 30 janvier 2013, dernière modification le 30 janvier 2013.

Par Louis Botella

SOURCES : Arch. de la mairie de Montluçon — Arch. Dép. Allier, 2048 W 58. — Force Ouvrière, hebdomadaire de la CGT-FO, 19 octobre 1950, 26 mai 1955, 18 avril 1957. — Comptes rendus des congrès confédéraux FO de 1950 et de 1952. — Journal Officiel, 11 février 1968. — André Touret in Montluçon, après la tourmente 1944-1947, Editions Créer, Nonette (Puy-de-Dôme). — Informations transmises le 21 janvier 2013 par Françoise Lambert, secrétaire générale de l’Union départementale FO de l’Allier. — Etat civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément