MARCELOT Robert, Augustin, Georges

Par Jacques Girault

Né le 5 mars 1922 à Vanzy (Haute-Savoie), mort le 1er octobre 2006 à Saint-Julien-en-Genevois (Haute-Savoie) ; instituteur dans l’Ain ; résistant, déporté à Buchenwald ; militant communiste.

Robert Marcelot, nommé instituteur le 1er octobre 1942 à Granges du Bouzat, se maria le 29 décembre suivant à Oyonnax avec une institutrice en poste à Blanaz. Ils eurent au moins un fils né en 1944.

Il effectua un stage aux Chantiers de Jeunesse comme éclaireur-skieur à la ferme Guichard Chanteville, de novembre 1942 à juillet 1943. Requis au STO, il réussit à éviter le départ en Allemagne. Avec de faux papiers, sous le nom de Georges Monnet, il travailla dans l’entreprise de Louis Chambaz, comme bûcheron. Début janvier 1944, l’inspecteur des Eaux-et-forêts de Gex lui obtint une carte d’identité officielle.

Il fut arrêté par les Allemands le 13 avril 1944, puis interné à la prison de Montluc et transféré à Compiègne. De là, le 12 mai, il fut embarqué avec deux mille autres Français dans des wagons à bestiaux qui arrivèrent à Buchenwald le 14 mai. Matricule 51 860, en compagnie de 300 autres Français, 300 Russes et 300 Polonais, il quitta Buchenwald le 6 juin 1944 pour Ellrich puis Günzerode. Il y travailla jusqu’au 5 avril 1945, date à laquelle, il fut évacué en train avec ses camarades en raison des bombardements alliés. Il réussit à s’évader le 12 avril et à être libéré par les Américains, évitant le triste sort du reste de la colonne de prisonniers exterminés par les SS dans la grange incendiée de Gardelegen.

Après la Libération, Robert Marcelot, devenu instituteur à Collonges, où habitaient ses parents, adhéra au Parti communiste français en en 1945 ou en 1947. Secrétaire de la cellule communiste, il fut le candidat communiste dans le canton pour le siège de conseiller général en 1958 (616 puis 1 045 voix au deuxième tour sur 4 046 inscrits), en 1964 (candidat de droite élu au premier tour) et en 1970. Il militait aussi dans la Fédération nationale des déportés, internés et résistant patriotes.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article140381, notice MARCELOT Robert, Augustin, Georges par Jacques Girault, version mise en ligne le 20 avril 2012, dernière modification le 3 octobre 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Archives du comité national du PCF. — Témoignage du biographié dans Mémoire-déportation-ain (col AD01 51 J1) . — Notes d’Alain Dalançon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément