MARCIEL Edmond [MARCIEL Hippolyte, Edmond, Elie]

Par Jacques Girault

Né le 15 août 1895 à Châtellerault (Vienne), mort le 29 juillet 1980 à Meaux (Seine-et-Marne) ; professeur ; militant communiste en Seine-et-Marne, conseiller municipal de Meaux.

Fils de Joseph Marciel, professeur au collège de Châtellerault, et de Marie, Bathilde Seaubère, Edmond Marciel, après avoir obtenu le baccalauréat en 1913, et avoir commencé ses études à la faculté des lettres de Poitiers, fut mobilisé en décembre 1914 dans l’infanterie et partit au front en mai 1915. Blessé par balle le 17 juillet 1917 à Craonne, il fut versé dans l’armée de réserve active, passa au 1er groupe d’aéronautique puis à l’école d’observation aéronautique en août 1918, et fut démobilisé le 7 septembre 1919 au grade de sous-lieutenant. En mai 1922, il démissionna de son grade.

Edmond Merciel reprit ses études à la faculté des lettres de Caen (Calvados) où il obtint une licence d’histoire-géographie en 1920, tout en étant surveillant d’internat au lycée de Caen. Il fut nommé répétiteur au lycée de Limoges (Haute-Vienne) à partir d’octobre 1920 avant d’être nommé au lycée Buffon à Paris. Il se maria en décembre 1921 à la mairie du XVIIe arrondissement de Paris avec Antoinette Barillon. Le couple eut une fille.

Edmond Marciel fut nommé en 1922 professeur délégué d’histoire au collège de Cognac (Charente). Admissible au certificat d’aptitude au professorat des collèges en 1924, titularisé, il fut muté sur une chaire de professeur au collège de Coulommiers (Seine-et-Marne) en 1926, avant d’obtenir le collège de Meaux en 1931 où il termina sa carrière en 1957 comme professeur certifié.
Toutefois pendant deux années (1934 et 1935), malade, il fut réformé et immobilisé dans le cadre de congés à longue durée. Il dut donc se ménager par la suite.

Pendant l’occupation allemande, tout en enseignant à Meaux, il dut séjourner à Châtellerault. Après la guerre, militant syndicaliste, Edmond Marciel militait dans les rangs du Parti communiste français. En février 1951, le délégué général de l’association France-USA le dénonça pour avoir « fait à ses élèves des conférences à caractère tendancieux » en instruction civique, sur le plan Marshall et sur des questions de grande actualité. Le principal déclara alors ne pas avoir eu de protestations de parents d’élèves et l’affaire en resta là.

Edmond Marciel, conseiller municipal de Meaux, figura en sixième position aux élections législatives du 17 juin 1951 sur la liste « d’union républicaine résistante et antifasciste pour l’indépendance nationale, le pain, la liberté et la paix » présentée par le PCF, puis fut à nouveau candidat en cinquième position, le 2 janvier 1956, sur la liste communiste.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article140412, notice MARCIEL Edmond [MARCIEL Hippolyte, Edmond, Elie] par Jacques Girault, version mise en ligne le 23 avril 2012, dernière modification le 28 avril 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Nat. F17 26903. — Arch. Dép. Vienne, état civil, registre matricule. — Arch. mun. Châtellerault (Pascal Borderieux). — Ce soir, 7 juin 1951. — Notes d’Alain Dalançon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément