MARTIN Jean, Benjamin

Par Jacques Girault

Né le 31 janvier 1925 à Saint-Affrique (Aveyron), mort le 26 décembre 1990 à Rodez (Aveyron) ; instituteur dans l’Aveyron ; militant syndicaliste ; militant communiste, maire d’Aubin.

Fils d’un couple de gantiers, Jean Martin, instituteur à Villefranche-de-Rouergue, se maria dans cette ville, en juillet 1948, avec Paulette Delluc, institutrice.

Martin entra au conseil syndical et au bureau de la section départementale du Syndicat national des instituteurs de 1953-1954 à 1967-1968. Il était le secrétaire de la section départementale de la FEN-CGT au début des années 1950. Lors du congrès national du SNI à Strasbourg, il intervint, le 6 juillet 1960, dans la discussion du rapport sur les circuits de distribution. Il proposa, pour la viande, d’étudier la proposition de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles, d’une commission mixte comprenant instituteurs, paysans et consommateurs et d’encourager la coopération comme le pratiquaient les instituteurs itinérants agricoles.

Membre du Parti communiste français depuis janvier 1944, Jean Martin, membre du secrétariat de la section communiste de Villefranche, entra au comité de la fédération communiste du début des années 1950 à 1958, année de sa nomination comme instituteur à Aubin. Il entra au bureau fédéral en 1959 et en resta membre jusqu’en 1972, devenant alors seulement membre du comité fédéral. Membre du comité de la section communiste d’Aubin, il devint membre de son bureau en 1962 et de son secrétariat en 1967. Il avait suivi le stage central pour les instituteurs communistes organisé par le PCF. Proposé pour entrer au secrétariat fédéral en 1950 par la section de montée des cadres à condition qu’il conserve ses responsabilités syndicales, il refusa.

Jean Martin fut élu conseiller municipal et adjoint au maire d’Aubin en 1959 alors que le premier adjoint était socialiste. En 1962, après la maladie du maire Ginestet, il devint maire de la commune et redevint seulement conseiller municipal en 1965, la liste qu’il conduisait ayant été battue.

En 1962, Jean Martin, candidat du PCF aux élections législatives dans la deuxième circonscription (Villefranche-de-Rouergue), obtint 6 756 voix sur 61 667 inscrits. Il se désista pour le candidat radical de gauche Robert Fabre qui fut élu. Il fut à nouveau candidat en 1967 (6 120 voix sur 59 429 inscrits) et en 1968 (5 393 voix sur 58 958 inscrits). Il se désista régulièrement pour Fabre. En 1964 et en 1970, il fut candidat communiste au Conseil général dans le canton. En 1964 et en 1970, il fut candidat communiste au Conseil général dans le canton.

A partir de 1970, Martin, toujours membre du bureau fédéral du PCF, devint le responsable du travail parmi les enseignants.

En 1970, Jean Martin accéda à la vice-présidence de la Caisse d’épargne.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article140468, notice MARTIN Jean, Benjamin par Jacques Girault, version mise en ligne le 3 mai 2012, dernière modification le 4 avril 2022.

Par Jacques Girault

SOURCES : Archives du comité national du PCF. — Presse syndicale. — Note de son petit-fils Guilhem Martin.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément